L'ARPD est une association fondée et enregistrée en février 2003, elle intervient auprès des familles touchées par la disparition d'un proche, majeur ou mineur. Vous pouvez nous contacter au moyen du mail assoweb. Vous pouvez également nous joindre au  06 32 78 29 25 ou 06 75 76 81 47

 

 

Pour connaître nos correspondants départementaux, veuillez cliquer sur NOS ANTENNES. Vous pouvez également les contacter directement.

 

 


Pour acceder aux avis de recherches cliquez sur:

Galerie photos


                    

Chers visiteurs,

 

Depuis un an l’A.R.P.D., représentée par ses responsables, tente de palier aux lacunes des autorités face à des familles esseulées et abandonnées à leur triste sort.

 

Depuis l’abrogation de la RIF (Recherches dans l’Intérêt des Familles) le 26 avril 2013 par Monsieur Valls alors Ministre de l’Intérieur, l’accueil des proches de disparus n’est plus assuré par les services de police et de gendarmerie lorsque la disparition ne présente pas un caractère « inquiétant » (caractère estimé par ces mêmes services...).

 

Les familles se voient trop souvent infliger des réponses inadmissibles lorsqu’elles veulent déclarer une disparition en leur indiquant que la liberté d’aller et venir permet à chaque adulte de disparaître librement. La disparition fait alors l’objet, au mieux, d’une « main courante » (sans intérêt car aucune recherche n’est faite à la suite) sinon, les proches sont invités à se rendre sur les réseaux sociaux pour y faire paraître un avis de recherche ou à se rapprocher d’associations telles que la nôtre.

 

Nous estimons qu’aujourd’hui les familles des 40 à 50.000 personnes qui disparaissent annuellement (momentanément ou définitivement), ne reçoivent pas l’aide et la considération qu’elles attendent des pouvoirs publics, et que tous les moyens ne sont pas mis en œuvre afin de retrouver leurs disparus.

 

Nous avons donc soumis aux pouvoirs publics une liste de 20 propositions pour améliorer le dispositif de recherche des personnes disparues en France et pour aider au maximum les familles.

 

Nous avons été reçus dans plusieurs Ministères, sans résultat pour l’instant, mais nous avançons à petits pas et nous ne désespérons pas de voir aboutir certaines de nos propositions.

 

Si d’une façon ou d’une autre vous voulez nous aider à atteindre notre but, que vous soyez familles, politiques, journalistes ou simples visiteurs vous intéressant à la cause, n’hésitez pas, vous pouvez nous rejoindre par le biais du mail assoweb ou des mails correspondant à nos antennes ou encore par  téléphone. Nous pourrons vous faire parvenir nos propositions.

 

Merci.

 

L’équipe A.R.P.D.

 

 

/../../../../uploaded/20-propositions-arpd.pdf

 

Retrouvé sain et sauf 
 
 

 DISPARITION INQUIETANTE DE MINEUR

Erwin a disparu ce jour mardi 3 mai, à Blaye.
 
14 ans, 1,80 m, corpulence élancée, brun, cheveux courts,
vêtu d'un jean et d'un tee-shirt gris portant un flocage orange
inscription CORE.

Nous sommes particulièrement inquiets car il a besoin de prendre un traitement médical.

Si vous le voyez ou avez des informations sur sa disparition, merci de contacter la gendarmerie de Blaye au 0557427020 ou de composer le 17.

Merci de partager pour lui et sa famille.


Ajouté le 03/05/2016 par Annie - disparition inquiètante Mineurs

AVIS DE RECHERCHE - APPEL A TÉMOINS



Toulouse : Inès, 17 ans, s'est volatilisée.

APPEL A TÉMOINS : Les gendarmes lancent un appel à témoins pour retrouver la jeune Inès dont la trace se perd dans les rues de Toulouse .

Inès, 17 ans, a quitté son domicile de l’Union, dans la banlieue de la Ville rose, le 22 octobre 2015 après avoir passé trois jours chez une amie.

Sans ses papiers, sans moyen de paiement ni téléphone.

Ses proches sont sans nouvelle depuis et la gendarmerie a décidé de lancer un appel à témoins pour « faire avancer l’enquête ».

Aperçue aux Carmes.

Inès est assez corpulente. Elle mesure 1,70m pour 96 kilos. Ses cheveux sont bruns et ses yeux marron. Un témoin l’aurait aperçue à la mi-décembre dans un supermarché près de la place des Carmes, au centre-ville de Toulouse mais elle a aussi ses habitudes dans les quartiers nord.

La brigade de gendarmerie de l’Union, qui a publié son appel sur Facebook, demande à toute personne pouvant détenir un renseignement de la contacter au 05 62 89 03 50 ou à
cob.l-union@gendarmerie.interieur.gouv.fr

http://www.20minutes.fr/…/1839259-20160503-toulouse-ines-17…



Ajouté le 03/05/2016 par Annie - disparition inquiètante Mineurs

Sablé : Appel à témoins après la disparition d'un Sabolien.


 

Après la disparition le 18 avril , d'un Sabolien âgé d'une trentaine d'années, de nombreuses recherches ont été entreprises.

Ses proches avaient organisé des recherches près de l'endroit où son véhicule a été retrouvé, à savoir sur le parking de l'espace Henri Royer, ancienne piscine d'été, en bord de Sarthe à Sablé. En vain.

A plusieurs reprises, la rivière a été sondée par les plongeurs de la Gendarmerie nationale, venus de Nantes. La gendarmerie a également fait appel au concours d'un maître-chien. Sans résultat.

"Cette disparition est jugée inquiétante, toute personne susceptible de fournir des renseignements est invitée à se mettre en relation avec la gendarmerie de Sablé, au 02 43 95 00 17".

http://www.lemainelibre.fr/actualite/sable-une-disparition-jugee-inquietante-01-05-2016-160258

 



Ajouté le 02/05/2016 par Annie - disparition inquiétante Majeurs

Infos H24  Une mère et son fils de 2 ans (il est âgé exactement de 28 mois) ont disparu depuis quinze jours de Lodève, dans l’Hérault. La mère, médecin qui exerçait à Clermont-l’Hérault, après avoir tenu un cabinet à Lodève est soupçonnée d’avoir enlevé le petit Luis, dont elle avait la garde, le conjoint, domicilié à Nîmes ayant un droit de visite, accordé par un juge des enfants du tribunal de grande instance de Montpellier.

 

Luis - D.R.

 

C’est d’ailleurs le père de Luis qui, inquiet de ne plus avoir des nouvelles de la mère, a découvert leur disparition la semaine dernière.

 

Luis Lodève

 

Il semble que la mère ait prémédité sa fuite : elle a démissionné de son travail et a licencié brutalement la nourrice. Elle a quitté Lodève à bord de sa voiture qui n’a pas été retrouvée. Elle possède sur elle son téléphone portable. Elle ne répond plus aux appels.

 

La mère pourrait se trouver avec Luis à Cuba. Des vérifications sont actuellement diligentées par les gendarmes de la compagnie de Lodève auprès des aéroports et des gares SNCF de la région.



Ajouté le 30/04/2016 par Thierry - Enlèvement d'enfants

 

  

Afficher l'image d'origine

INTERVIEW – Alexia, 15 ans, avait disparu le 1er février. Son corps sans vie a été retrouvé le 10 mars à Saint-Trojan-Les-Bains dans le parc de l'établissement de l'île d'Oléron où elle était scolarisée. Un de ses camarades de classe a été interpellé mardi à la sortie des cours. A l'issue de sa garde à vue, il a été mis en examen pour meurtre. Dans une interview, Manuel Silva Costa, le père d'Alexia qui vit à Lyon, fait part à metronews de sa colère et de son chagrin après ce drame.

 

Alexia avait disparu le 1er février. Elle a été retrouvée morte le 10 mars. 

Alexia avait disparu le 1er février. Elle a été retrouvée morte le 10 mars. 

 

metronews : Un adolescent de 16 ans, scolarisé comme votre fille au Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron (Cepmo) a été mis en examen pour meurtre jeudi à l'issue de sa garde à vue et placé sous mandat de dépôt. Vous avez souhaité faire part de votre "colère" ce vendredi suite au déroulement des dernières 72 heures, pour quelles raisons ?


Manuel Silva Costa : Je suis très remonté parce qu'on ne m'a rien dit, j'ai tout appris par les médias. Tout le monde a été mis au courant de ce qu'il se passait avant moi. C'est ma fille qui est morte, et on ne me dit rien. On m'a enlevé ma fille, maintenant on m'enlève mon droit de père. Mardi, c'est un ami à moi qui m'a appelé pour me dire que BFMTV annonçait qu'un lycéen avait été interpellé à la sortie des cours. On ne m'a confirmé qu'à 22 heures qu'un homme était en garde à vue mais qu'on ne pouvait pas m'en dire plus et qu'on me rappellerait mercredi. N'ayant pas de nouvelles le lendemain, j'ai rappelé. Là encore, on ne m'a rien dit. Je pense que les consignes étaient strictes mais pendant ce temps, il y avait plein de rumeurs dans les médias, notamment celle d'un couteau… Jeudi, quand la procureure de la République a indiqué que le suspect était passé aux aveux, je l'ai appris une fois de plus par la presse. C'est scandaleux. Finalement jeudi, un gendarme m'a contacté pour me confirmer tout cela, et m'indiquer que le suspect avait été déféré au parquet. Quant aux détails sordides, sur les conditions dans lesquelles est morte ma fille, c'est une journaliste qui me les a donnés, vers 20 heures jeudi soir, en me montrant le communiqué de presse la procureure. Vous trouvez ça normal vous ?

 

Près de quarante jours se sont écoulés entre la disparition de votre fille et la découverte de son corps. Pendant cette période, aviez-vous imaginé qu'elle soit morte ?


Oui. Nous avions exclu la thèse de la fugue. Elle n'aurait jamais fait ça. Le 5 ou le 6 février, la première fois que je suis venu de Lyon vers Oléron après la disparition d'Alexia, j'ai eu un sentiment étrange, comme si elle n'était plus de ce monde. J'étais au volant de ma voiture, et à, hauteur de Bordeaux, j'ai eu un frisson. J'ai dit à ma compagne qui se trouvait à mes côtés : "Je viens de voir Alexia couchée dans un fossé et elle a froid". Elle m'a dit : "Tu es malade". Depuis ce jour-là je me suis dit qu'il y avait eu une catastrophe. Je n'espérais qu'une chose : me tromper.

 

Qui vous a averti du décès de votre fille ?


C'est un gendarme qui m'a appelé. C'était le jeudi 10 mars, il était 19h10. J'étais dans ma voiture cours Lafayette à Lyon. Je rentrais du travail, je suis artisan. Il m'a demandé ce que je faisais, si ça allait. J'ai dit "oui". Puis il m'a dit : "on a découvert un corps". Je suis resté assez calme et j'ai demandé si c'était ma fille. Il m'a répondu : "Disons qu'à 95%, nous sommes sûrs que c'est votre fille, il va y avoir une autopsie". J'ai raccroché, je suis resté au milieu de la rue, dans mon véhicule. Puis j'ai hurlé. J'ai ressenti une douleur monstrueuse. Le vendredi, j'apprenais que c'était bien Alexia.

 

Aviez-vous imaginé que le suspect puisse être un élève du Cepmo ?


J'étais sûr que c'était quelqu'un du lycée, un prof, ou un élève. Le plus horrible, c'est qu'apparemment, le suspect a participé aux recherches, il avait notamment posté l'avis de recherche sur son profil Facebook. On est dans la perversion la plus totale. Cet adolescent s'est acharné sur ma fille, il lui a mis des coups de poing, des coups de couteau, il l'a étranglée, il a vérifié qu'elle était morte avant de l'enterrer dans un trou qu'il avait creusé avec ses mains. Pourquoi ? Parce qu'elle aurait refusé ses avances. Après avoir commis ces atrocités innommables, il a repris une vie normale, il est retourné en cours, il saluait apparemment mon ex-femme… J'espère que la condamnation sera à hauteur de ces violences.

 

Vous en voulez aujourd'hui aux personnels de l'établissement. Que leur reprochez-vous ?


De ne pas avoir été vigilants, d'avoir laissé un élève entrer avec un couteau dans un lycée, de ne pas avoir fait attention à mon enfant alors qu'ils en avaient la charge. Il semble qu'Alexia ait quitté sa classe tout d'un coup le 1er février vers 15 heures. Elle a laissé son blouson et son sac. Son vélo est resté dans la cour du Cepmo et personne ne s'est inquiété de tout ça. Ces gens ne sont pas normaux. Quand je suis allé au lycée, le lundi qui a suivi la découverte du corps de ma fille, personne ne m'a adressé la parole. Depuis je n'ai eu aucun message, aucun courrier de leur part. Ils ont des responsabilités dans ce dossier et j'envisage très sérieusement de porter plainte contre cet établissement.

 

Avez-vous fait vos adieux à Alexia ?


Je n'ai pas pu. On m'a d'abord empêché de la voir. Puis on m'a fortement déconseillé de le faire. On m'a dit que son corps était trop abîmé et qu'il valait mieux que je garde en mémoire l'image que j'avais de ma fille. Quand j'ai su où elle était, son cercueil était déjà fermé. Faire son deuil sans dire au revoir, sans embrasser son enfant, c'est très dur. Je retournerai mercredi prochain sur sa tombe. Encore une fois, je lui dirai combien je l'aime.

 

 

 

 

 

     Propos recueillis par Aurélie Sarrot

 

Poitou-Charentes / Charente-Maritime / Île d'Oléron   Le meurtrier d'Alexia habitait en Vendée.

 

  Accueil  Poitou-Charentes  Pierre, c'est son prénom, dort depuis hier soir dans un établissement pour mineurs dont la localisation reste inconnue. Le jeune homme de 16 ans a donné pendant sa garde à vue des détails sur la scène de crime qui font froid dans le dos. On en sait désormais davantage sur sa personnalité.

L'entrée du Foyer Lannelongue, à Saint-Trojan-les-Bains, où le corps d'Alexia a été retrouvé © AFP

© AFP L'entrée du Foyer Lannelongue, à Saint-Trojan-les-Bains, où le corps d'Alexia a été retrouvé.

 

Mis en examen pour meurtre, le mineur de 16 ans a avoué qu'il avait fait des avances à Alexia et que celle-ci les avait refusées alors que les deux adolescents étaient scolarisés dans la même classe de seconde. Il s'en est suivi un déchaînement de violence : des coups au visage, un étranglement et plusieurs coups de couteau portés avec un Opinel que les enquêteurs ont retrouvé au domicile du meurtrier.

Le mineur a également indiqué qu'il avait creusé lui-même un trou avec ses mains avant d'y mettre le corps d'Alexia et de le recouvrir soigneusement de branchages. Il a ensuite récupéré le mobile et les écouteurs de la victime avant de les cacher. Pierre n'habitait pas Oléron. Il résidait à Fontenay-le-Comte en Vendée et passait la semaine en pension au Cepmo (Centre expérimental pédagogique maritime à Oléron) qui vient d'annoncer sur son site que les portes ouvertes du Centre prévues le samedi 30 avril 2016 étaient annulées.

Plusieurs sources de cet établissement confirment que le meurtrier a continué de se comporter normalement pendant les 3 mois de l'enquête, alors même qu'il a été interrogé plusieurs fois par les gendarmes. Avouant une grande addiction au cannabis, il aurait également participé à la marche blanche organisée en souvenir d'Alexia. Mieux : Pierre avait posté sur son compte Facebook l'avis de recherche d'Alexia lancé par la gendarmerie après la disparition de la jeune fille.

 

Capture d'écran de la page Facebook du meurtrier d'Alexia © Facebook

© Facebook Capture d'écran de la page Facebook du meurtrier d'Alexia

 

L'instruction de cette affaire va être menée sous la direction d'un juge d'instruction du tribunal de La Rochelle. Les rapports des psychologues-experts seront sans doute déterminant pour tenter de comprendre les raisons profondes du geste de cet adolescent qui a brisé les vies de deux familles. Et la sienne.

 


Les suites de l'affaire Alexia

 

 

 

 

 

bfmtv

 

 

 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour

 

REPLAY / DOCUMENT RTL - Un adolescent de 16 ans, proche d'Alexia, a avoué le meurtre. Olivier Bouquet, l'oncle de la jeune fille, obtient enfin les réponses qu'il attendait.

https://lh3.googleusercontent.com/proxy/RrbGg8wikMlRL7MEsTm7uir2VhhGordeBUbKnZkjPpKvFFr8KoPhvETeOmPPZzCBnoqjVF6PQYLSrZ57MqAExRmwqO2J9ORBODrVUJ_Y7QOMUMfnmZ603n0gG7DHXiL3j8Nwjv0mtwI0GycgVtMXwFwExNN_aQKJQfUWm1Z_KyLPVB_ckT6JcRF8tvqe3uQ=w346-h230

Mort d'Alexia : "C'est un soulagement", témoigne pour la première fois l'oncle de la victime

 

C'est donc désormais établi. Alexia aurait bien été tuée après une querelle d'adolescents. Le corps de la jeune fille de 15 ans avait été retrouvé il y a un peu plus d'un mois. Mardi 26 avril, un garçon de 16 ans a été interpellé par la gendarmerie. Ce n'est que le lendemain qu'il a avoué le meurtre. D'après ses aveux lors de sa garde à vue, une dispute éclate entre le jeune homme et l'adolescente. La confrontation dégénère, Alexia décède sous ses coups. Il cache alors son corps sous des branchages dans l'enceinte de l'établissement. Après des semaines de douleurs et d'interrogations, la famille d'Alexia obtient enfin un début d'explication à l'inexplicable.

L'oncle de la jeune fille, Olivier Bouquet confie à RTL son soulagement. Il avoue qu'il était difficile pendant 49 jours de ne pas "savoir ce qui s’était passé, la souffrance qu’elle a pu subir, pourquoi est-ce qu’il l’a violentée, est-ce que le corps a été déplacé ou non". Selon l'oncle, un couteau aurait été trouvé. Néanmoins, il semble perplexe face à la perte de certains objets.

"Moi je lui ai offert un casque avec un walkman que les gendarmes n’ont pas retrouvé, avec le portable, précise-t-il. C’est un détail mais dans les perquisitions au domicile, peut-être qu'ils retrouveront ces indices-là". Olivier Bouquet part vendredi en direction de l'Île d'Oléron "pour soutenir les parents et se retrouver ensemble pour qu’on puisse tourner une page, si on peut appeler ça comme ça", conclut-il.

 

 

 

 

 

 

Mort d'Alexia sur l'île d'Oléron :  Trois mois à maintenir les apparences ..

 

« Alexia, tu vas nous manquer horriblement »

 

Ce message avait été écrit par un adolescent après la découverte du corps de la jeune fille sur l'île d'Oléron en mars. C'est ce même garçon qui est passé aux aveux.

Louise Colcombet Avec Jean-Marc Ducos et Julia Tourneur | 28 Avril 2016, 00h00 | MAJ : 28 Avril 2016, 06h07

 

 

Saint-Trojan-les-Bains (Charente-Maritime), hier. Les gendarmes se sont rendus au foyer départemental Lannelongue, proche du lycée d’Alexia (ci-dessus). Son corps avait été retrouvé à proximité. (PhotoPQR/« Sud Ouest »/David Briand.)

Saint-Trojan-les-Bains (Charente-Maritime) De notre envoyée spéciale

 

Il gardait son secret 

 

depuis près de trois mois. Mais il n'a tenu que quelques heures en garde à vue avant d'avouer l'indicible. L'adolescent de 16 ans interpellé mardi vers 16 h 30 dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'Alexia, cette lycéenne de 15 ans disparue le 1er février et retrouvée morte le 10 mars sur l'île d'Oléron, a reconnu les faits mardi dans la soirée.

 

Le garçon, élève comme Alexia au Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron (Cepmo) — un lycée qui accueille notamment des élèves en difficulté scolaire —, avait été entendu dès le début de l'enquête. Des contradictions dans son récit ont conduit à son arrestation, puis à une perquisition sur son lieu d'hébergement, lors de laquelle un couteau a été retrouvé — une arme qui correspond aux blessures retrouvées sur le corps de l'adolescente. La nature de ces blessures n'avait jamais été rendue publique. Face aux enquêteurs, le jeune homme aurait évoqué une dispute ayant mal tourné, sur fond de rivalité amoureuse.

Mais ce motif étonne l'entourage de la jeune fille, qui avait une relation stable depuis près de dix-huit mois. « Ce garçon n'était pas son petit ami », assure un professeur du lycée. Plus encore, l'identité du meurtrier présumé interpelle les enseignants du Cepmo, même si le lieu de la découverte du corps, notamment — un trou d'eau situé dans une forêt jouxtant le lycée --, plaidait pour l'hypothèse d'un différend en interne lié au crime. « Bien sûr que je suis étonné... Si nous avions eu le moindre doute, nous en aurions informé les gendarmes, mais ce n'était pas le cas », souffle l'un d'entre eux, stupéfait.

Le jeune homme aura réussi à maintenir les apparences trois mois durant. Et c'est surtout cela, au-delà du soulagement, qui heurte les habitants de Saint-Trojan-les-Bains, traumatisés par l'affaire. « Penser qu'un gamin de 16 ans a pu vivre avec ça trois mois sans jamais éprouver le besoin de soulager sa conscience, même après la découverte du corps, ça me fait froid dans le dos », commente une habitante, ajoutant : « Je pense aussi à ses parents à lui, qui vont désormais devoir vivre avec ça... » Comme la plupart des élèves du Cepmo, le meurtrier présumé d'Alexia était originaire du continent et vivait en colocation avec d'autres étudiants. Il y a encore trois mois, nombre d'entre eux repartaient du lycée en stop dans cette « bulle exempte de criminalité » qu'est Oléron, résume une habitante. Une insouciance qui s'était évaporée avec la disparition subite d'Alexia et qui renaîtra, peut-être, à la faveur de cet épilogue. Mais, pour les élèves du Cepmo, il faudra d'abord vivre avec l'idée que, pendant toute cette période, ils ont côtoyé le tueur d'Alexia, dont le cynisme interpelle. Sur son compte Facebook, ce dernier avait non seulement relayé l'appel à témoins lancé par la gendarmerie, mais il était aussi, quelques jours après l'identification du corps, allé jusqu'à poster le commentaire suivant : « Repose en paix Alexia, tu vas nous manquer horriblement.

 

 

 

 

***************************************

 

 

Disparition et mort d'Alexia à Oléron: le lycéen est passé aux aveux

 27/04/2016 à 15h00

 

Le corps sans vie d'Alexia, 15 ans, a été retrouvé le 10 mars dernier sur l'île d'Oléron. - Xavier Leoty - AFP

 

 

Le suspect était scolarisé dans le même lycée que la victime. Il a évoqué une dispute qui a mal tourné, selon nos informations.

 

Le lycéen interpellé ce mardi sur l'île d'Oléron, dans l'enquête sur la mort d'Alexia, est passé aux aveux, selon nos informations. Le jeune homme de 16 ans a avoué avoir frappé l'adolescente de 15 ans et évoque une dispute qui a mal tourné. Le corps d'Alexia avait été retrouvé en mars sur l'île, plus d'un mois après sa disparition le 1er février.

 

Le jeune suspect  était scolarisé dans le même lycée que la victime, le Centre expérimental pédagogique maritime à Oléron (Cepmo). Alexia Silva Costa avait été vue pour la dernière fois le 1er février vers 17h30 avec son téléphone portable, alors qu'elle quittait l'établissement où elle était scolarisée en seconde, un lycée implanté dans un parc forestier clos de 16 hectares dans le sud de l'île d'Oléron, au bord du bassin de Marennes-Oléron.

 

La jeune fille venait d'échanger des SMS avec un ami à Lyon, et son portable a cessé d'émettre très peu de temps après. Seuls son sac et sa bicyclette avaient été retrouvés au lycée après sa disparition subite.  

 

Le corps avait été dissimulé

 

Plusieurs jours d'intenses et vaines recherches sur l'île avaient mobilisé une quarantaine de gendarmes, une centaine d'élèves-gendarmes, quelque 200 habitants, un hélicoptère et des maîtres-chiens. L'enquête, d'abord ouverte pour disparition inquiétante, avait été requalifiée après quelques jours en "enlèvement et séquestration". Le corps d'Alexia avait finalement été retrouvé le 10 mars dans un trou d'eau, dans un parc forestier de la commune de Saint-Trojan-les-Bains, non loin du lycée. Il était soigneusement dissimulé sous des végétaux, rendant ainsi sa découverte "particulièrement difficile", avait alors indiqué le parquet de La Rochelle.

 

La mort de la jeune fille par asphyxie était l'hypothèse privilégiée par les médecins-légistes à la suite des résultats initiaux de l'autopsie, communiqué mi-mars par le parquet rochelais. Mais le corps, toujours selon des conclusions provisoires, ne semblait pas avoir subi de violences sexuelles. Le parquet avait ouvert mi-mars après la découverte du corps une information judiciaire pour "homicide volontaire", et confié l'enquête à la section de recherches de la gendarmerie de Poitiers.

 

Dans les semaines suivant la disparition, une cellule de six gendarmes se consacrait déjà pleinement à l'affaire. La disparition, restée inexpliquée durant plus d'un mois, puis la découverte du corps d'Alexia, avaient profondément ému la commune de Saint-Trojan-les-Bains, où elle demeurait. Une marche blanche avait rassemblé le 16 mars, près de 800 personnes sur un kilomètre, entre la place centrale du village et le front de mer.

Par A. D. avec Cécile Ollivier

 

 

******************************************

 

 

 Un mineur de 16 ans, scolarisé dans le même lycée que la victime, a été interpellé mardi sur l'île d'Oléron et placé en garde à vue, dans le cadre de l'enquête sur la mort d'Alexia Silva Costa, d'après une source proche de l'enquête.

 

 

Le corps d'Alexia Silva Costa, une lycéenne de 15 ans, avait été retrouvé le 10 mars à Saint-Trojan sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime).

Le corps d'Alexia Silva Costa, une lycéenne de 15 ans, avait été retrouvé le 10 mars à Saint-Trojan sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime).
arpd-idf.org



 

Selon BFMTV., il «a été arrêté à 16h30, à la sortie des cours. Il s'agirait d'une personne qui gravitait dans l'entourage de la jeune fille.»  Le parquet de La Rochelle a confirmé dans la soirée l'interpellation de l'adolescent, et précisé qu'un communiqué interviendrait le cas échéant «selon l'évolution de la garde à vue».

La lycéenne de 15 ans avait mystérieusement disparu lundi 1er février à Saint-Trojan, au sud de l'île d'Oléron (Charente-Maritime). Elle avait envoyé un SMS banal pour prendre des nouvelles d'un ami à Lyon (Rhône), qui lui avait répondu et puis plus rien. Son portable avait cessé d'émettre. Seuls le sac et la bicyclette de l'adolescente avaient été retrouvés au lycée après sa disparition subite.

Son corps sans vie avait été découvert le 10 mars dans le parc forestier du centre expérimental pédagogique maritime d'Oléron (Cepmo), là où la jeune fille était scolarisée.  Dès le lendemain de sa disparition pourtant, une quarantaine de gendarmes avaient entamé des recherches sur l'île. Dans les jours suivants, plusieurs fouilles des bois alentours ont été organisées, tandis qu'était lancé un avis de recherche national pour «disparition inquiétante». Une centaine d'élèves gendarmes, des plongeurs de la brigade nautique de La Rochelle, un hélicoptère de gendarmerie, deux maîtres-chiens et environ 200 habitants de l'île avaient alors tenté de la retrouver, fouillant l'île minutieusement. Après ces jours d'intenses recherches sur l'île, l'enquête avait été requalifiée en «enlèvement et séquestration».

 

Elle aurait pu être cachée dans un autre lieu



Le corps de l'adolescente n'a été découvert que le 10 mars dans un trou d'eau sur la commune de Saint-Trojan, dissimulé «avec beaucoup de soins» par des végétaux, selon le parquet. Ces fouilles dans le sud de l'île n'avaient pas été renouvelées au hasard. Les recherches se concentraient sur l'île. En effet, les vérifications dans le Rhône — Alexia a vécu jusqu'à l'âge de 12 ans à Lyon, où son père, Manuel, est installé depuis son divorce — n'avaient rien donné.

La jeune fille serait morte asphyxiée et son «corps ne semble pas avoir subi de violences sexuelles», avait indiqué l'Institut médico-légal de Poitiers (Vienne). Ses relations amicales et intimes mais aussi ses communications électroniques sont passées au crible. L'environnement d'Alexia au sein du Cepmo fait l'objet d'une enquête depuis le début et les gendarmes cherchent à dater la mort de la jeune fille, car elle pourrait avoir été initialement cachée dans un autre lieu. Le parquet avait ouvert mi-mars une enquête préliminaire pour «homicide volontaire».

 

 

 

Alexia Silva-costa 15 ans Retrouvée décédée

 

 

 

L'équipe A.R.P.D. présente ses sincères condoléances à la famille d'Alexia , ses proches et ses ami(es).

 

***************************************************


AVIS DE RECHERCHE

Oléron : Dénonciation calomnieuse dans l'affaire de la disparition d'Alexia.


 

Une information judiciaire a été ouverte pour dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux. Le corbeau a été placé sous contrôle judiciaire.
 

L'affaire de la disparition, il y a plus d'un mois, d'Alexia Silva Costa, 15 ans, à la sortie de son établissement scolaire de l'île d'Oléron, a suscité l'ouverture d'une deuxième information judiciaire le 3 mars, pour dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux.
 

Cette information judiciaire est consécutive à la dénonciation par lettre anonyme d'un Oléronnais, présenté comme ayant une responsabilité dans la disparition de la jeune fille. Cette lettre n'est pas parvenue directement à la gendarmerie ou à la cellule dédiée de la section de recherches de la gendarmerie de Poitiers, elle a transité par des proches de la famille de la disparue.
 

La personne mise en cause dans ce courrier, un Oléronnais d'une cinquantaine d'années, a été interpellé fin février et placé en garde à vue. Il a depuis été mis hors de cause, souligne la procureure de la République.

Vengeance.

L'auteur de la lettre anonyme a pu être identifié par son ADN (retrouvé sur la lettre). Il s'agit d'un homme domicilié dans l'île. Il a été interpellé par les gendarmes dimanche (6 mars), à Dolus-d'Oléron, et placé en garde à vue. D'après nos informations, il a dit que sa lettre était motivée par une vengeance.
 

Déféré au parquet, l'auteur de la lettre a ensuite été présenté devant une juge d'instruction qui l'a mis en examen pour dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux. Le juge des libertés et de la détention l'a placé sous contrôle judiciaire.
 

Cette dernière information judiciaire est indépendante de celle précédemment ouverte pour enlèvement et séquestration, à la suite de la disparition d'Alexia Silva Costa. 

Les nouvelles recherches effectuées depuis mardi par une cinquantaine de gendarmes mobiles sur les lieux de la disparition de la jeune fille n'ont rien donné.
 

http://www.sudouest.fr/2016/03/10/disparition-d-alexia-dans-l-ile-d-oleron-une-denonciation-calomnieuse-2297161-1604.php


*************************

Disparition d'Alexia dans l'île d'Oléron : Nouvelles recherches en cours.


L'adolescente a disparu le 1er février à la sortie de son lycée. Un dispositif de recherches est de nouveau déployé dans le secteur depuis mardi.
 

Les recherches ont repris dans l'île d'Oléron dans le cadre de l'enquête visant à retrouver Alexia Silva Costa, 15 ans, disparue à la sortie de son lycée, le Cepmo (Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron) de Saint-Trojan, le 1er février.
 

Au fil des investigations, qui ont déjà mobilisé d'importants moyens humains, l'enquête pour disparition inquiétante est devenue une enquête pour enlèvement et séquestration avec l'ouverture d'une information judiciaire. Ce mardi, un dispositif de recherches d'une cinquantaine de gendarmes a été déployé dans le secteur du lycée. Ils poursuivent leurs investigations ce mercredi.

Une adolescente "un peu craintive"

 

Alexia Silva Costa est une adolescente de 15 ans résidant à Saint-Trojan-les-Bains, dans l'île d'Oléron. Elle mesure 1,60 mètre et pèse 57 kg. Elle a les yeux marron et de longs cheveux châtain clair. Alexia Silva Costa est née à Lyon, une ville où elle a gardé des attaches (elle y a été scolarisée jusqu'à 11 ans).

Son père, toujours domicilié dans les alentours de Lyon, la décrit "comme un peu craintive", une façon de dire qu'il ne pense pas qu'elle ait pu partir à travers la France de son plein gré.

 

Cette année, Alexia Silva Costa est scolarisée en seconde au Cepmo de Saint-Trojan, le Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron, un établissement qui propose une pédagogie différente (évaluations sans note, par exemple), un suivi des élèves personnalisé et une éducation à l'autonomie.

Que sait-on de sa disparition ?

 

Alexia Silva Costa est portée disparue depuis le lundi 1er février. Ce jour-là, elle a été aperçue pour la dernière fois entre 17 h 30 et 18 heures, à la sortie de son lycée, le Cepmo. Elle en est partie à pied, laissant son vélo et ses affaires scolaires sur place (l'établissement se situe à 1,3 km du domicile de ses parents).

Elle a emprunté le chemin de Lannelongue et a disparu. Elle portait un pantalon en jean bleu, un tee-shirt gris, une veste marron avec un dessin représentant une cabane et un arbre, et des chaussures en toile bleu genre baskets.

 

Elle était par ailleurs en possession d'un téléphone portable. "Le dernier SMS qu'elle a envoyé, l'a été à l'intention d'un de ses amis de la région lyonnaise, révèle le père de l'adolescente. Un SMS banal, du type : “Comment vas-tu ?”." Après son téléphone a cessé d'émettre.
 

La disparition d'Alexia a été signalée par ses proches le lundi 1er février au soir. Les gendarmes ont immédiatement commencé les recherches et un avis de recherche national a été diffusé deux jours après sa disparition. De nombreuses connaissances de la jeune fille ont été entendues et toutes les forêts s'étirant à partir de la pointe sud de l'île ont été ratissées, notamment avec le renfort des élèves de l'école de gendarmerie et de la population.

Des hélicoptères ont survolé les lieux et, au sol, des chiens pisteurs ont été dépêchés. En mer, la brigade nautique a inspecté le littoral plusieurs fois.

 

Le 9 février, l'enquête judiciaire initialement ouverte pour disparition a été requalifiée par le parquet en enquête pour enlèvement et séquestration. Une cellule dédiée de la section de recherches de la gendarmerie de Poitiers poursuit les investigations. Les recherches ont repris ce mardi 8 mars aux alentours du lycée.
 

Toute personne disposant d'informations est priée de contacter la gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05 46 47 06 97 ou de prévenir le 17.

http://www.sudouest.fr/2016/03/09/disparition-d-alexia-dans-l-ile-d-oleron-de-nouvelles-recherches-en-cours-2295784-1604.php


**********************************


AVIS DE RECHERCHE

VIDEOS. Disparue de l'île d'Oléron : Alexia introuvable depuis un mois

 

La disparition est des plus inquiétantes. Les enquêteurs continuaient ce mardi à explorer toutes les pistes pour retrouver la trace d'Alexia Silva Costa, une adolescente de 15 ans mystérieusement disparue sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime) voici déjà un mois.

 

Alexia Silva Costa, lycéenne de 15 ans, a été aperçue pour la dernière fois le 1er février sur l'île d'Oléron.

 

La lycéenne, scolarisée en classe de seconde au Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron (Cepmo) de Saint-Trojan, a été aperçue pour la dernière fois le 1er février vers 17h30, alors qu'elle quittait l'établissement. 

«Elle a été vue pour la dernière fois à l'angle du Cepmo avec son téléphone», a expliqué son père, Manuel Silva Costa. «Elle venait d'envoyer un SMS banal pour prendre des nouvelles d'un ami à Lyon, qui lui a répondu. Quelques instants après, son portable a cessé d'émettre», raconte-t-il. 

Seuls le sac et la bicyclette de la jeune fille ont été retrouvés au Cepmo. Le soir même, sa mère, qui réside à environ un kilomètre de l'établissement, a signalé sa disparition car rien ne laissait présager une éventuelle fugue de l'adolescente, qui s'entendait parfaitement bien avec sa maman.


 

Alexia Silva Costa a été aperçue pour la dernière fois le 1er février sur l'île d'Oléron. (Photo : capture d'écran.)

 

Dès le lendemain, une quarantaine de gendarmes entamaient des recherches sur l'île. Dans les jours suivants, plusieurs fouilles des bois alentours ont été organisées, tandis qu'était lancé un avis de recherche national pour «disparition inquiétante». 

Une centaine d'élèves gendarmes, des plongeurs de la brigade nautique de La Rochelle, un hélicoptère de gendarmerie, deux maîtres-chiens et environ 200 habitants de l'île ont tenté de la retrouver, en vain.


VIDEO. Ile d'Oléron: les habitants à la recherche d'une adolescente disparue (i>Télé le 6 février)

 

 

 

80 personnes entendues par les gendarmes

D'abord ouverte pour disparition inquiétante, l'enquête a été requalifiée le 8 février par le parquet de La Rochelle en «enlèvement et séquestration», avant l'ouverture d'une information judiciaire. A la section de recherches de la gendarmerie de Poitiers, chargée des investigations, six gendarmes s'y consacrent pleinement. Au total, près de 80 personnes ont été auditionnées.

«Aujourd'hui, il semble que la thèse de la fugue soit écartée. Les gendarmes travaillent sur une mauvaise rencontre ou un enlèvement», explique Manuel Silva Costa. De source proche de l'enquête, on souligne que «les recherches se poursuivent sur le terrain et toutes les informations disponibles sont exploitées.»

 

«Nous avons mené des recherches dans les hôpitaux et les lieux d'accueil de personnes en situation précaire», indique Thierry Coulon, président fondateur de l'association Assistance et recherche de personnes disparues d'Ile-de- France, qui intervient pour le compte de familles touchées par une disparition inquiétante.

L'association «été mandaté» par le père d'Alexia il y a quinze jours, assure Thierry Coulon au Parisien.fr mais, pour le moment, les recherches sont toujours infructueuses. 

«L'avis de diffusion portant sur la disparition d'Alexia a été émis sur toute la France. Nous avons alerté toutes nos antennes mais pour le moment nous n'avons pas de remonté d'informations». «Il faudrait peut-être faire appel à l'Office national des forêts et aux associations de chasseurs, qui connaissent bien le secteur», juge-t-il.

Toute personne susceptible d'apporter des informations peut contacter la gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron (05 46 47 06 97) ou l'association Assistance et recherche de personnes disparues (06 75 76 81 47).

 

 

 

 

 Le parisien avec l'AFP

 

DISPARITION INQUIÉTANTE : Alexia Silva-costa 15 ans

 

Alexia Silva Costa 15 ans disparue à Saint-Trojan-les-Bains / 'île d'Oléron (17)

Le lundi 1 er février 2016 à 17H30

 

 

 

Cette publication a été demandée par les parents, frères et sœurs d’Alexia qui sont à la recherche de toute information pouvant aider à l’enquête afin de  la retrouver au plus vite.

 

Elle a  quitté le Lycée CEPMO en vélo


Signalement :
 

1,60 m environ  57 kg, Cheveux blond foncé .

Elle était vêtu d'un jean bleu, une veste marron , et des baskets en toile.

 

Si vous avez la moindre information, veuillez contacter la Gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05 46 47 06 97.

Ou l’association au 06 75 76 81 47 (Mr COULON Thierry) ou 06 32 78 29 25 (Mme BATHANY Pascale)

Ceci en toute confidentialité. Merci pour la famille d’Alexia .

 

Si vous diffusez cet avis, le seul lien et photos sont ceux de l’A.R.P.D, car le dossier et les photos nous ont été confiés par la Famille. Merci d’avance à tous de le Partager  complet avec l’acronyme arpd et le texte crée pour cette partie d’actualité.

 

 

********************************
 

Oléron : un mois après sa disparition Alexia reste introuvable.


 

Alors qu'une équipe de 4 gendarmes a été affectée aux recherches et à l'enquête sur la disparition d'Alexia, la jeune fille de 15 ans n'a toujours donné aucun signe de vie.

Situation angoissante pour sa famille qui réside à Oléron (17).

Ce devait être un lundi comme un autre, sauf que celui du 1er février 2016 a tout changé dans la vie de la famille Costa. Ce jour là, Alexia, une adolescente de 15 ans, élève de seconde au Cepmo de Saint-Trojan, sur l'Ile d'Oléron, a disparu à la sortie de son lycée. 

On a simplement retrouvé son vélo et ses affaires scolaires sur la route qu'elle empruntait chaque jour pour rentrer chez elle, à Saint-Trojan, à un peu plus d'1 km de son école. Depuis, Alexia n'a donné aucun signe de vie, au désespoir de ses parents qui guettent la moindre information qui pourrait leur apporter un soulagement.

Les recherches au point mort.

 

Les recherches sont au point mort, malgré le travail de plongeurs revenus bredouilles de leurs sondages dans un marais d'Oléron, malgré les patrouilles d'un hélicoptère qui a survolé la côte de l'île avec un capteur thermique, malgré des battues organisées par de nombreux bénévoles.  

Aucune nouvelle, malgré un avis de recherche lancé par les enquêteurs au plan national en diffusant massivement la photo d'Alexia ainsi que des éléments qui permettent de l'identifier. Ce genre d'alerte, de l'aveu même des gendarmes, est très rare et ne se produit que 2 ou 3 fois par an.

Aucune avancée dans l'enquête, alors que la substitut du procureur de la Rochelle, Christelle Bellet, a ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration. Le juge d'instruction chargé du dossier a confié les investigations à la section de recherche de Poitiers.

 

Enlèvement, fugue, meurtre ou suicide : Toutes les hypothèses restent ouvertes.
 

Cette disparition relève d'un casse-tête pour les enquêteurs qui ne ferment aucune porte, après un mois de travail sans résultat tangible. L'adolescente était bien intégrée socialement. Elle faisait partie d'associations, n'hésitait pas à se faire engager pour des jobs d'été. Ses camarades la décrivent comme stable et bonne vivante.

Alexia mesure 1 m 60 et pèse 57 kg. Elle a les yeux marron et de longs cheveux châtains clairs. Le jour de sa disparition, elle portait un jean, un tee-shirt gris, une veste marron avec un dessin représentant un arbre et une cabane, et des chaussures en toile bleue de type basket.

Toute personne disposant d'informations est priée de contacter la gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05.46.47.06.97 ou de prévenir le 17.

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/charente-maritime/ile-d-oleron/oleron-un-mois-apres-sa-disparition-alexia-reste-introuvable-939990.html

***************************


Ile d'Oléron, disparition d'Alexia : S'agit-il d'une fugue ou d'un enlèvement.
 

Les proches d’Alexia Silva Costa sont sans nouvelles depuis une semaine. La jeune adolescente de 15 ans est portée disparue sur l’île d’Oléron, en Charente-Maritime.

La gendarmerie a intensifié depuis dimanche ses recherches dans la forêt et une cinquantaine d'auditions sont menées dans son entourage.

 

 

 

 


DISPARITION INQUIÉTANTE



Disparition inquiétante d’une adolescente de 15 ans sur l’île d’Oléron.
 

La gendarmerie de Charente-Maritime a mis d'importants moyens de recherche pour retrouver une jeune fille de 15 ans disparue du côté de Saint-Trojan-les-Bains.
 

Les gendarmes sont, ce mardi après-midi, à la recherche d'une jeune fille de 15 ans dans le secteur de Saint-Trojan-les-Bains
 

Des dizaines de militaires, un hélicoptère et une brigade cynophile sont sur place.
 

Le maire de la commune a rencontré les parents de la disparue qui n'a pas donné de nouvelles depuis lundi en fin de journée. 
 

Elle a en effet été vue pour la dernière fois le 1er février entre 17 et 18h.

Les recherches ont commencé dans la soirée jusqu'à 3h du matin. Elles ont repris ce mardi matin avec des renforts. 

Des auditions ont eu lieu au lycée expérimental où la jeune est scolarisée en classe de seconde.

La mère et le beau père aussi ont été auditionnés à la gendarmerie.

 

Pour l'instant aucunes pistes n'est  privilégié, on ne pense cependant pas à une fugue car la jeune fille est décrite comme calme et sans problèmes.

Si vous avez la moindre information , veuillez contacter la Gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05 46 47 06 97.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/charente-maritime/ile-d-oleron/ile-d-oleron-disparition-d-une-jeune-fille-de-15-ans-919373.html

**********************

Île d'Oléron : les recherches se poursuivent pour retrouver l'adolescente disparue.
 

La jeune fille de 15 ans, qui n'a pas donné de signes de vie depuis lundi, est activement recherchée ce mercredi au sud de l'île.


 

Une vingtaine  de gendarmes sont à nouveau mobilisés ce mercredi pour retrouver la jeune fille de 15 ans, disparue depuis lundi soir dans l'île d'Oléron (Charente-Maritime).

Les militaires ont poursuivi les auditions des camarades du lycée CEPMO (Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron) de Saint-Trojan ainsi que des personnes que l'adolescente côtoie.

Un hélicoptère a de nouveau survolé la pointe sud de l'île, un secteur très boisé, tandis que la brigade nautique a effectué une reconnaissance de cette portion de littoral.

 

Un hélicoptère a de nouveau survolé la pointe sud de l'île, un secteur très boisé, tandis que la brigade nautique a effectué une reconnaissance de cette portion de littoral.

Aucune piste privilégiée

Au sol, un chien Saint-Hubert réputé pour son odorat et sa qualité de pisteur dans la recherche a été dépêché depuis le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie basé à Gramat (Lot).
 

Mardi soir, aucune hypothèse n'était privilégiée par les enquêteurs.

http://www.sudouest.fr/2016/02/03/ile-d-oleron-les-recherches-se-poursuivent-pour-retrouver-l-adolescente-disparue-2262906-1504.php


*************************
 

Disparition Alexia : les recherches à Oléron restent infructueuses


 

Plusieurs plongeurs ont exploré ce jeudi  le marais des Bris sur l'Île d'Oléron, l'un des secteurs où les enquêteurs pensent qu'ils pourraient retrouver Alexia, disparue depuis lundi soir.

Un avis de recherche a été lancé aujourd'hui par la gendarmerie au plan national.

Les plongeurs sont revenus bredouilles de leurs sondages dans un marais d'Oléron alors qu'un hélicoptère survolait la côte de l'île avec un capteur thermique : ce jeudi de recherches pour tenter de retrouver Alexia s'achève sans résultat.

La gendarmerie en charge de l'enquête depuis la disparition de l'adolescente prend l'affaire très au sérieux et explique qu'il lui est difficile de faire davantage localement.

Raison pour laquelle les enquêteurs ont décidé de lancer un avis de recherche au plan national en diffusant massivement la photo d'Alexia ainsi que des éléments qui permettent de l'identifier. Ce genre d'alerte, de l'aveu même des gendarmes, est très rare et ne se produit que 2 ou 3 fois par an.

A Oléron, la famille d'Alexia, installée depuis 5 ou 6 ans à Saint-Trojan-les-Bains, est sous le choc.Le maire de la ville, Pascal Massicot, explique que la jeune adolescente était très bien intégrée socialement.

Elle faisait partie d'associations, n'hésitait pas à se faire engager pour des jobs d'été. Ses camarades de seconde du Cepmo (Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron) , la décrivent comme stable et bonne vivante.

Ces descriptions renforcent les enquêteurs dans l'idée que seul un événement exceptionnel peut expliquer la disparition d'Alexia. Certains évoquent clairement l'hypothèse d'un enlèvement.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/charente-maritime/ile-d-oleron/disparition-alexia-les-recherches-oleron-restent-infructueuses-921021.html


****************************
 

Disparition d'Alexia : rassemblement citoyen organisé à Saint-Trojan-les-Bains
 

Alexia, 15 ans, a disparu depuis lundi 1er février. Alors que les recherches des gendarmes sont toujours infrucuteuses, la famille de l'adolescente propose de mener une recherche citoyenne en forêt, cet après-midi.
La gendarmerie avait lancé un avis de recherche mercredi dernier et des renforts ont été envoyés hier, vendredi 5 février sur l'île d'Oléron.

Aujourd'hui, la famille, avec l'aval de la mairie, lance un rassemblement citoyen à 14h à Saint-Trojan-les-Bains, sur la plage de Gatseau. Les citoyens aideront ainsi les gendarmes en forêt afin de retrouver la jeune fille.

 

Fugue, accident, ou enlèvement ?
 

Lundi dernier dans le village de Saint-Trojan-les-Bains, la jeune fille sort de son lycée en fin d'après-midi. Elle s'éloigne à pied sans son vélo. Personne ne l'a revue depuis. Plus le temps passe et plus l'inquiétude grandit. Une cellule psychologique a été mise en place dans son lycée. Un appel à témoins a été publié par la gendarmerie d'Oléron. Fugue, accident, ou enlèvement, à ce stade aucune piste n'est écartée par les enquêteurs.
 

Des recherches intensives depuis plusieurs jours.
 

4 jours sans nouvelles d'Alexia Silva Costa, 15 ans. La jeune fille de 15 ans reste introuvable depuis lundi. Vendredi 5 février, des renforts de gendarmerie sont arrivés sur l'île d'Oléron.

Une centaine d'élèves gendarmes quadrillent la pointe sud de l'île à la recherche d'un premier indice. Jeudi, des plongeurs ont été mis à contribution alors que le portrait de la jeune fille fait désormais l'objet d'une diffusion nationale. 

"Après quatre jours d'enquête, nous ne disposons pas encore d'éléments qui nous font privilégier telle ou telle hypothèse. Nous restons vraiment à étudier toutes les pistes possibles en vue de la retrouver dans les plus brefs délais" explique Renaud de Martin de Vivies de la coordination gendarmerie.

Pour tout renseignement utile au déroulement de cette enquête, vous pouvez contacter
la gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05 46 47 06 97.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/charente-maritime/ile-d-oleron/disparition-sonia-un-avis-de-recherche-lance-par-la-gendarmerie-920459.html
 

***************************

Ile d'Oléron: les habitants à la recherche d'une adolescente disparue

Alexia Silva Costa a disparu lundi 1er février à Saint-Trojan, au sud de l'île d'Oléron. La jeune fille a été vue pour la dernière fois à la sortie de son établissement, lundi vers 17h30 ou 18h.

Les gendarmes de Charente-Maritime poursuivent leurs recherches. Ses proches ont organisé une battue pour trouver des indices. Si vous avez des informations, contactez la gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05.46.47.06.97 ou de prévenir le 17.

 

 

 

                              

Disparition d'Alexia : Ouverture d'une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration"




(Alexia portait cette veste le 1er février lors de sa disparition)
 

L'enquête au sujet de la disparition d'Alexia Silva Costa sur l'Île d'Oléron est entrée dans une nouvelle phase : Une information judiciaire a été ouverte pour enlèvement et séquestration vendredi dernier. Les investigations seront désormais conduites par la section de recherche de Poitiers.
 

La substitut du procureur de la Rochelle, Christelle Bellet, a ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration vendredi dernier au sujet de la disparition d'Alexia Silva Costa. Le juge d'instruction chargé du dossier a confié l'enquête à la section de recherche de Poitiers.

Cette décision n'a rien à voir avec les pistes envisagées par les enquêteurs : c'est une question de procédure. Les magistrats permettent ainsi de conserver les moyens mis en 
œuvre à disposition des enquêteurs.

Disparue depuis trois semaines

L'adolescente de 15 ans n'a pas donné signe de vie depuis sa disparition à la sortie de son lycée à Saint-Trojan-les-Bains, sur l'Île d'Oléron, il y a trois semaines déjà. Enlèvement, fugue, meurtre ou suicide, pour l'heure, les gendarmes chargés de l'enquête ne privilégient aucune de ces pistes.
 

Pour tout renseignement utile au déroulement de cette enquête, vous pouvez contacter la gendarmerie de Saint-Pierre-d'Oléron au 05 46 47 06 97.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/charente-maritime/ile-d-oleron/disparition-d-alexia-ouverture-d-une-information-judiciaire-pour-enlevement-et-sequestration-934217.html

 



Ajouté le 30/04/2016 par Annie - disparition inquiètante Mineurs

1 2 3 4   Page suivante