Harcèlement scolaire. La prévention à travers un court-métrage

Régulièrement évoqué dans le débat public, le harcèlement scolaire fait de nombreuses victimes chaque année. Cette semaine, de jeunes Alréens réalisent un court-métrage pour sensibiliser la population à cette forme de violence

25 jeunes Alréens tournent cette semaine un court-métrage pour sensibiliser au...

25 jeunes Alréens tournent cette semaine un court-métrage pour sensibiliser au harcèlement scolaire.

Régulièrement évoqué dans le débat public, le harcèlement scolaire fait de nombreuses victimes chaque année. Cette semaine, de jeunes Alréens réalisent un court-métrage pour sensibiliser la population à cette forme de violence. Le service jeunesse de la ville d'Auray et le point information jeunesse ont décidé de mener une action de sensibilisation au harcèlement scolaire.

 

Ce thème sera le fil rouge des actions du Point information jeunesse tout au long de l'année qui arrive. Plusieurs actions seront organisées pour alerter les jeunes et leurs parents sur cette thématique. D'après une étude gouvernementale, près de 10 % des collégiens rencontrent des problèmes avec le harcèlement scolaire. « On est aussi concernés ici par le problème, beaucoup de jeunes sont victimes de moqueries », explique Mireille Joly, conseillère municipale aux loisirs et à la jeunesse. Écrit, joué, tourné et réalisé par les jeunes Cette semaine, un court-métrage de sensibilisation est tourné par les jeunes de la ville. Ils sont 25 et ont entre 13 et 18 ans.

 

Tous ont décidé de consacrer cette semaine au tournage du court-métrage. C'est Luca, 17 ans, passionné de photographie et de réalisation, qui est réalisateur. « C'est la première fois que je tourne avec autant de figurants, mais le plus difficile c'est gérer le temps : ne pas être trop en retard, ni trop en avance », détaille le jeune réalisateur. Les adolescents ont participé à l'écriture du scénario. « On a mis en place des tables rondes, avec des retours sur leurs expériences, et on a adapté ensuite le scénario », souligne Lydie Daniel, animatrice au Point information jeunesse. Pour le montage, c'est Luca qui s'en chargera la semaine prochaine. Alerter les témoins de harcèlement En septembre, le film sera diffusé dans les collèges et les lycées.

 

Puis, lors du mois du film documentaire. « On peut avoir une approche plus souple avec le documentaire, et ça peut permettre de susciter des discussions dans les familles », ajoute la conseillère municipale. L'objectif est avant tout de responsabiliser les jeunes. « On veut surtout alerter ceux qui sont témoins de ce type d'incidents, car ils ont un rôle clé », explique l'animatrice du Point info. Présence de secouristes sur le tournage Pour l'heure, les jeunes tournent le film. Julie, 16 ans, a elle-même été victime de harcèlement scolaire. Elle est figurante dans le court-métrage : « Ça va faire réfléchir les gens sur le harcèlement, c'est que du positif ».

 

Ethan, 13 ans, a lui aussi été victime de harcèlement scolaire, participer au tournage est important pour lui : « Si on sauve une seule personne du harcèlement, on aura gagné ». Présente aussi sur le tournage, une équipe de secouristes de l'unité d'intervention, d'assistance et de premiers secours sont venus bénévolement, et sont aussi stressés que les jeunes. Le tournage se poursuit jusqu'à vendredi.