Mort d’Alicia : le suspect est retourné sur les lieux

Disparue le 25 juillet 2014, Alicia Caeiro   a été retrouvée  sans vie dans l’étang Fontaine-Couverte  à Givry.   Photos DR

L’enquête sur la mort d’une adolescente survenue l’été dernier avance à petits pas.

Le principal suspect écroué depuis fin octobre a été confronté à une reconstitution des faits.

C’était il y a plus de neuf mois. Alicia Caeiro, Châtenoyenne de 14 ans, disparaît mystérieusement. Une semaine plus tard son corps sans vie et habillé est retrouvé dans l’étang Fontaine-Couverte à Givry. Thierry Gesell, Chalonnais du quartier des Aubépins et ami de la famille, est interpellé trois mois après les faits et placé en détention provisoire pour « Transport et cession de stupéfiants envers une mineure ». Aujourd’hui, il est également poursuivi par la justice pour « homicide involontaire ».

À la demande du parquet de Chalon et de la section de recherche de la gendarmerie de Dijon, ce père de famille âgé de 30 ans a été confronté à une reconstitution des faits le mois dernier. Les enquêteurs ont tenté de déterminer les conditions précises dans lesquelles il aurait opéré.

Une overdose et des questions

De nuit pour recréer les conditions de la nuit du drame (25 juillet), les gendarmes ont ramené le suspect dans son appartement au 14e étage de la plus haute tour des Aubépins. Les militaires lui ont fait répéter toutes les scènes, gestes par gestes, minutes par minutes, comme ils se sont déroulés lors de la soirée tragique. Les forces de l’ordre ont été particulièrement attentives aux temps de trajet.

Lors de cette reconstitution, Thierry Gesell a reconnu avoir transporté le corps dans sa voiture, du quartier Aubépins à l’étang de Givry (12 km). Un aveu capital, qu’il avait déjà laissé transparaître lors de sa garde à vue. Pourtant, les questions demeurent, le décès est-il intervenu dans son appartement chalonnais ? Dans le véhicule ? À Givry ? Les analyses toxicologiques qui ressortent de l’autopsie font état d’une overdose (ecstasy) comme cause de la mort de l’adolescente. Mais sur ce point, le mis en cause réfute depuis le début avoir fourni à Alicia le produit qui a entraîné son décès. L’homme a reconnu être son dealer mais uniquement de cannabis. La piste de l’accident est donc la thèse privilégiée par les enquêteurs. La suspicion criminelle écartée, l’affaire ne sera vraisemblablement pas jugée aux Assises mais devant le tribunal correctionnel de Chalon.