Isère : un suspect arrêté vingt ans après le meurtre de deux fillettes

Les policiers grenoblois ont mis la main mardi sur un homme de 37 ans, à Voreppe, en Isère. Ils agissaient dans le cadre d'une enquête sur la mort de deux fillettes, retrouvées en 1991 et 1996. L'affaire a rebondi après l'analyse d'une trace ADN sur les lieux des crimes.

Vingt ans après les faits, l'enquête n'avait pas été abandonnée. Un homme de 37 ans a été interpellé mardi, à son domicile de Voreppe (Isère). La raison de son arrestation : son éventuelle implication dans la mort de deux fillettes, dont la première remonte à... 1991.

Le corps de Sarah, six ans, avait été retrouvé le 16 avril 1991, dans un bois près de chez ses parents à Voreppe. Elle avait été violée et étranglée. Plus de cinq ans plus tard, Saida, dix ans, disparaissait à son tour ; son corps avait été retrouvé au bord d'un canal.

Plus de vingt ans après le premier assassinat, un laboratoire bordelais a réussi à dégager un suspect à partir d'ADN et d'empreintes digitales sur les deux scènes de crime.

Le suspect a été placé en garde à vue dans les locaux de la section de recherches de Grenoble. Il est présenté ce jeudi matin au juge d'instruction.

D'autres cas de disparition en Isère

Maître Seban, l'avocat de cinq familles concernées par des disparitions d'enfants en Isère. Il ne s'est pas occupé des dossiers de Sara et Said mais pour lui, c'est un espoir pour les parents des "disparus de l'Isère" (voir encadré). "Il ne faut jamais abandonner, il ne faut jamais lâcher prise", a-t-il déclaré.

"Il faut continuer, s'acharner, reprendre les dossiers et travailler dessus". C'est un espoir pour les autres familles parce qu'elles "se disent que cet auteur pourrait être mis en cause dans leur dossier", a-t-il expliqué à nos confrères de France Bleu Isère, rappelant que "quatre jeunes filles un peu du même âge, avec les mêmes caractéristiques, qui vivaient dans les cités autour de Grenoble qui ont été, soit enlevées, soit assassinées". L'auteur de deux de ces faits ont été arrêtés, et Maître Seban se demande si les deux autres affaires ne peuvent pas mettre en rapport l'homme interpellé à Voreppe mercredi.

De l'espoir pour les autres familles concernées par des disparitions d'enfants en Isère, selon Maître Seban  

 

"Il n'a pas le profil d'un assassin" (Me Decombard, avocat du suspect)

L'avocat du suspect, Me Emmanuel Decombard, a au contraire souligné que son client n'avait "pas le profil d'un assassin".
"Il est sans histoire, a une concubine et un enfant de 4 ans", a-t-il souligné. "On doit étudier avec sérieux les preuves avancées au niveau scientifique", a ajouté Me Decombard en insistant sur la présomption d'innocence.