Moeurs: ces ados qui n’hésitent pas à fuguer par amour

Photo d'illustration.

Leurs parents les ont cherchées chez amis et proches. Et en désespoir de cause, ils se sont tournés vers la police. Durant la semaine dernière, pas moins de trois cas de fugue impliquant des adolescentes ont été enregistrés. Ces jeunes filles n’ont pas hésité à quitter le toit familial. Pour aller rejoindre, semble-t-il, leur amoureux.

Dans deux de ces cas, les adolescentes ont été retrouvées le lendemain de leur disparition. La première, une habitante de Bambous, avait disparu le 17 octobre. Quant à la deuxième, une habitante de Quatre-Bornes, elle avait disparu le 18 octobre.

Par contre, pour la troisième adolescente, il aura fallu trois jours à la police avant de la retrouver. Cette habitante de Rose-Hill avait quitté son domicile le 17 octobre pour se rendre au collège. Cependant, elle n’est pas rentrée chez elle l’après-midi. Ses parents ont donc signalé à la police la disparition de leur fille. La police de Rose- Hill a lancé un avis de recherche et la Brigade des mineurs a été alertée. Soupçonnant une fugue, les parents ont cherché l’adolescente chez ses amis et chez ses proches, mais en vain.

Après trois jours de recherches, et grâce à des informations reçues, la police l’a retrouvée dans une maison abandonnée, non loin du stade Sir Gaëtan Duval, à Rose-Hill. Elle était en compagnie d’un jeune homme de 23 ans. Cette même maison avait été le théâtre d’une agression sexuelle perpétrée sur deux mineures de 13 ans il y a quelques semaines.

Interrogée par la police en présence de ses parents, la collégienne a avoué avoir eu des relations sexuelles avec un certain Roshan qui habite la région. Elle a affirmé qu’elle avait une liaison amoureuse avec le jeune homme et que c’est pour cela qu’elle a fugué. Elle a confié qu’ils sont restés dans cette maison abandonnée et qu’ils ont dormi à même le sol sans eau courante et sans électricité.

L’adolescente a été examinée par un médecin légiste. Pendant ce temps, ses parents ont fait une déposition contre l’amoureux. Ce dernier, qui a pris la fuite le jour où la jeune fille a été retrouvée, est recherché par la police. Une charge provisoire de «relations sexuelles avec mineure de moins de 16 ans» pèse sur lui.