ANNONAY Fausses disparitions : les familles des (vrais) disparus ne décolèrent pas

Le Dauphiné du 230octobre 2014

 

Photo archives Le DL

« De mauvais goût », « lamentable », « choquante ». Pascale Bathany, vice-présidente de l’association ARPD (Assistance et recherche de personnes disparues) a du mal à trouver les mots pour qualifier ce qu'elle pense de l’action du trio d’artistes Boijeot-Renault-Turon.

Dans les rues d’Annonay comme dans celles de Niort, Metz ou encore Toulouse, plusieurs avis de fausses disparitions (en apparence crédibles) ont été placardés, début octobre. D'après les auteurs, il s'agissait d'une action pour sensibiliser à la détresse des gens en perte d’un statut social (comme les intermittents du spectacle actuellement). « Une action qui visait, en conscience, à provoquer une forte émotion », selon le communiqué du trio.

Chez les familles des disparus, cela n’a pas manqué... « On ne peut pas laisser faire ça ! Quand on voit comment déjà nous, les familles des vrais disparus, on a du mal à obtenir de l’aide, mobiliser des moyens et attirer l’attention. Maintenant, les gens feront encore moins attention aux affiches », réagit Pascale Bathany qui comprend le fond du mouvement, mais pas la forme.