Prévenir le décrochage scolaire au collège

Le rôle du diplôme est essentiel dans l’accès à l’emploi et la lutte contre le décrochage scolaire est une priorité nationale. Elle met l’accent sur la prévention et sur la remobilisation du jeune autour d’un projet professionnel et de formation. Des dispositifs spécifiques apportent une réponse pédagogique individualisée.

 

 

                                      

 

Prévenir le décrochage des collégiens au quotidien

Pour que tous les collégiens sortent de leur formation initiale avec une qualification, il faut les aider à donner du sens à leur scolarité.

La lutte contre le décrochage s’appuie ainsi sur les possibilités qu’offrent l’accompagnement éducatif, le PDMF (parcours de découverte des métiers et des formations) et la rénovation de la voie professionnelle.
 

’accompagnement éducatif

L’accompagnement éducatif propose tout au long de l'année une aide aux devoirs et aux leçons, la pratique de l'anglais oral, d'un sport ou une ouverture sur l'art et la culture. Tous les collégiens volontaires sont concernés, mais les élèves de 6eme sont prioritaires pour favoriser leur adaptation aux exigences du collège. C’est l’un des dispositifs contribuant à l’égalité des chances.

L’aide au travail personnel en 6eme est assurée tout au long de l'année, avec le même objectif : prévenir les risques de décrochage et de découragement.

Le PDMF (parcours de découverte des métiers et des formations)

Le PDMF participe à la prévention du décrochage en ce qu’il permet à chaque élève de construire des projets d’avenir et de vivre son orientation comme un processus positif.

Il s’intègre totalement à la démarche de formation et d’orientation tout au long de la vie. Cette démarche relève du droit à l’information et au conseil pour tous les élèves et vise à les rendre acteurs de leurs choix face à un environnement social et économique complexe et mouvant.

La rénovation de la voie professionnelle

La valorisation de la voie professionnelle permet de remobiliser les collégiens décrocheurs sur un projet de formation.

La voie professionnelle a été rénovée pour élever le niveau de qualification des jeunes, favoriser leurs insertion professionnelle ou leur poursuite d’études et limiter les sorties précoces du système éducatif.

                       Au quotidien

Prévenir le décrochage des collégiens : le programme de réussite éducative

Le PPRE (programme personnalisé de réussite éducative) s’adresse aux collégiens qui rencontrent des difficultés risquant de compromettre leurs apprentissages. Au collège, le professeur principal joue un rôle essentiel dans sa mise en œuvre.

Des actions ciblées

Le PPRE est un plan coordonné d’actions conçues pour répondre aux difficultés d’un collégien dans les compétences du socle commun (en particulier en français, mathématiques et langues vivantes) et dans son comportement.

  • Le PPRE est formalisé dans un document qui en précise les objectifs, les modalités, les échéances et les modes d’évaluation
  • Il vise essentiellement à empêcher le redoublement. Lorsque le redoublement n’a pu être évité, il devient un accompagnement de celui-ci afin de lui donner davantage d’efficacité.

Un programme adapté aux besoins de l’élève

Le PPRE est modulable : son contenu et son intensité évoluent en fonction de l’élève concerné.

Il est temporaire : sa durée est fonction de la difficulté rencontrée par l’élève, ainsi que de ses progrès.

Implication de l’équipe éducative, de l’élève et de sa famille.

Le PPRE est discuté avec les parents et est présenté à l’élève qui doit en comprendre la finalité pour s’engager avec confiance dans le travail qui lui est demandé.

Au collège, le professeur principal joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre du PPRE. Dans les collèges “ambition réussite”, les professeurs principaux et les enseignants travaillent en collaboration. Le chef d’établissement assure la coordination de l’ensemble.

                                              PPRE

Prévenir le décrochage des collégiens : les enseignements adaptés

Pour remettre en situation de réussite les élèves qui rencontrent des difficultés importantes et durables, un enseignement adapté, général et professionnel, leur est dispensé au sein du collège ou en établissement adapté.
 

Au collège : la Segpa (section d’enseignement général et professionnel adapté)

La Segpa accueille des élèves qui ne maîtrisent pas toutes les connaissances et compétences attendues à la fin de l’école primaire.

Elle est organisée en sections d'une quinzaine d’élèves et permet la mise en œuvre de parcours individualisés, avec la perspective d'une formation de niveau V. Les collégiens y suivent un enseignement de type général de la 6eme à la 3eme, et un enseignement préprofessionnel (métiers du bâtiment, métiers de l'alimentation...) à partir de la 4eme.

En fin de 3eme, les élèves passent le CFG (certificat de formation générale). Ils peuvent poursuivre leurs études pour obtenir un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) dans un lycée professionnel, un centre de formation d'apprentis ou en Erea (établissement régional d'enseignement adapté).

Les établissements régionaux d'enseignement adapté

Les Erea ont pour mission d'accueillir des élèves en difficulté scolaire et sociale, et de leur assurer un enseignement général, technologique et professionnel adapté en vue d'acquérir une qualification de niveau V (CAP).

Ces EPLE (établissements publics locaux d'enseignement) ont la particularité de prendre en charge leurs élèves au sein d’un internat éducatif.

Témoignage d’enseignants de Segpa

"Nous accueillons des élèves d’origines très diverses, ce qui nécessite d’avoir des outils d’individualisation pour permettre à chacun de progresser à son rythme et d’atteindre des objectifs accessibles. La plupart ont besoin d’être écoutés. Le lien affectif est très important."

Sepga du collège Côte-Rousse (73)

Réinsérer les collégiens décrocheurs : les dispositifs relais

                    Dispositifs relais

Deux dispositifs, les classes relais et les ateliers relais, accueillent les collégiens au bord de la rupture scolaire et qui ont déjà bénéficié de toutes les mesures d'aide et de soutien. Objectif : les réinsérer dans un parcours de formation.

Les classes relais

Le fonctionnement des classes relais repose sur un partenariat entre l’Éducation nationale et la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse) et parfois les CMPP (centres médico-psycho-pédagogiques).

À côté des heures de soutien ou de remise à niveau dans les disciplines d’enseignement général, les collégiens préparent leur orientation par des stages en entreprise et en établissement de formation, participent à des activités sportives, artistiques ou citoyennes.

À l’issue de leur séjour, de quelques semaines à plusieurs mois, ils retrouvent le plus souvent leur collège d’origine où ils bénéficient d’un suivi particulier.

Les ateliers relais

Les ateliers relais reposent sur un partenariat avec les mouvements d’éducation populaire (Ligue de l’enseignement, Pupilles des écoles publiques…). Ils ont pour but de rescolariser et de resocialiser les élèves. Leur prise en charge dure de 1 à 4 mois.

Une pédagogie différenciée et un parcours individualisé sont proposés à chaque élève. L’encadrement pédagogique, éducatif, scolaire et périscolaire est renforcé. Les activités éducatives (sorties, activités citoyennes ou d’intérêt général…), construites le plus souvent en relation avec le collège d’origine, sont conduites en même temps que le travail de remédiation scolaire.

Les plates-formes de suivi et d'appui aux décrocheurs sont un mode de coordination des acteurs locaux de la formation, de l'orientation et de l'insertion des jeunes mis en place en 2011. Leur but est d'apporter une réponse personnalisée et rapide à chaque jeune de plus de 16 sans diplôme et sans solution. Le site "masecondechance" permet à tout jeune qui relève de ce dispositif de rencontrer des professionnels dans un lieu d'accueilproche de son domicile, pour trouver une solution adaptée à sa situation.