L'ARPD est une association fondée et enregistrée en février 2003, elle intervient auprès des familles touchées par la disparition d'un proche, majeur ou mineur. Vous pouvez nous contacter au moyen du mail assoweb. Vous pouvez également nous joindre au  06 32 78 29 25 - 06 75 76 81 47

 

 

Pour connaître nos correspondants départementaux, veuillez cliquer sur NOS ANTENNES. Vous pouvez également les contacter directement.

 

 


Pour acceder aux avis de recherches cliquez sur:

Galerie photos


                    

Chers visiteurs,

 

Depuis un an l’A.R.P.D. ses responsables, tente de palier aux lacunes des autorités face à des familles esseulées et abandonnées à leur triste sort.

 

Depuis l’abrogation de la RIF (Recherches dans l’Intérêt des Familles) le 26 avril 2013 par Monsieur Valls alors Ministre de l’Intérieur, l’accueil des proches de disparus n’est plus assuré par les services de police et de gendarmerie lorsque la disparition ne présente pas un caractère « inquiétant » (caractère estimé par ces mêmes services...).

 

Les familles se voient trop souvent infliger des réponses inadmissibles lorsqu’elles veulent déclarer une disparition en leur indiquant que la liberté d’aller et venir permet à chaque adulte de disparaître librement. La disparition fait alors l’objet, au mieux, d’une « main courante » (sans intérêt car aucune recherche n’est faite à la suite) sinon, les proches sont invités à se rendre sur les réseaux sociaux pour y faire paraître un avis de recherche ou à se rapprocher d’associations telles que la nôtre.

 

Nous estimons qu’aujourd’hui les familles des 40 à 50.000 personnes qui disparaissent annuellement (momentanément ou définitivement), ne reçoivent pas l’aide et la considération qu’elles attendent des pouvoirs publics, et que tous les moyens ne sont pas mis en œuvre afin de retrouver leurs disparus.

 

Nous avons donc soumis aux pouvoirs publics une liste de 20 propositions pour améliorer le dispositif de recherche des personnes disparues en France et pour aider au maximum les familles.

 

Nous avons été reçus dans plusieurs Ministères, sans résultat pour l’instant, mais nous avançons à petits pas et nous ne désespérons pas de voir aboutir certaines de nos propositions.

 

Si d’une façon ou d’une autre vous voulez nous aider à atteindre notre but, que vous soyez familles, politiques, journalistes ou simples visiteurs vous intéressant à la cause, n’hésitez pas, vous pouvez nous rejoindre par le biais du mail assoweb ou des mails correspondant à nos antennes ou encore par  téléphone. Nous pourrons vous faire parvenir nos propositions. vous pouvons également, les obtenir en cliquant sur le lien ci-dessous. 

 

Merci.

 

L’équipe A.R.P.D.

 

 

/../../../../uploaded/20-propositions-arpd.pdf

 

 

 

Disparitions volontaires : qui sont ces gens qui décident de disparaître de la circulation ?

 

Publié par Rédaction le Jeudi 22 Septembre 2016 : 16h02

 

 

Chaque année en France, près de 5 000 personnes choisissent volontairement de disparaître pour se refaire une vie, abandonnant ainsi leur famille et leur travail. 

 

Avez-vous un jour pensé à tout quitter, partir et changer de vie ? Oui, sans doute. Mais l’avez-vous fait ? En France, environ 5 000 personnes sautent le pas chaque année. Un chiffre obtenu après un calcul basé sur le nombre total de disparitions par an. En tout, 55 000 disparitions sont enregistrées chaque année sur le territoire, expliquait Slate 

 

en 2015. "Parmi elles, 45 000 fugues, et un bon paquet de jeunes filles ou de garçons qui font le mur puis reviennent ensuite (…), 5 000 disparitions liées à des profils de personnes suicidaires, de malades d’Alzheimer, de gens dont on découvre bien vite le destin et sur lesquels il ne place aucun mystère. Dans ce cas, le travail de la police permet de résoudre rapidement l’enquête. Et les personnes sont retirées du fichier", détaillait le site. Ce qui ramène donc à 5 000 le nombre de personnes qui ont fait le choix de ne plus donner de donner de nouvelles à leurs proches et de s’évaporer dans la nature.

 

"Il y a dix ans, certaines personnes disparaissaient temporairement, quelques semaines voire quelques mois, avant de revenir chez elles. Mais c’est fini. A présent, quand les gens prennent la décision de tout quitter c’est définitif", nous confie Pascale Bathany, la vice-présidente de l’association Assistance et recherches de personnes disparues (ARPD). "La société a évolué, de plus en plus de gens éprouvent un grand ras-le-bol de leur quotidien et souhaitent prendre la fuite de leur propre vie", ajoute-elle.

 

Un départ qui est toujours planifié

 

Et c’est bien là le seul point commun à toutes les personnes qui disparaissent volontairement. "Il n’est pas question d’âge, de sexe ou de milieu social", insiste Pascale Bathany. La seule chose que l’on retrouve dans chacune de ces histoires est un ras-le-bol généralisé. "Ce sont à chaque des gens qui ne supportent plus leur vie et qui ont préparé leur départ en mettant de l’argent de côté pour ensuite s’enfuir loin, parfois même très loin, se refaire une nouvelle vie, détaille-t-elle. Ces personnes ne fuient pas forcément des dettes, comme on a tendance à le penser. Elles cherchent juste à se défaire d’un poids".

 

"J’avais une vie réglée. Je partais tous les matins vers 6 h pour rejoindre la gare RER de mon domicile. J’arrivais au travail environ une heure plus tard. Ce matin-là, je suis parti exactement comme d’habitude, sauf que je ne suis pas allé au travail et que j’ai pris un train qui m’a conduit à l’étranger, a raconté à Midi Libre un homme, bien évidemment anonyme, qui a sauté le pas il y a plusieurs années. J’avais tout planifié. J’avais fait des papiers en récupérant les documents d’état civil de quelqu’un d’autre, je versais de l’argent tous les mois sur un compte à ce nom ouvert pour l’occasion, que j’alimentais avec l’argent que je gagnais au noir en faisant des petits boulots de maçonnerie".

 

Ils sont dans leur droit

 

Une situation toujours très difficile pour les proches de ces disparus, d’autant que légalement ces derniers sont dans leur droit. La loi prévoit en effet que les personnes majeures sont libres d’aller et venir sans obligation de rendre des comptes à leur famille. A partir du moment où les autorités ne considèrent pas la disparition comme inquiétante, elle n’est pas considérée comme un délit et n’est donc pas du ressort du pénal. Bien évidemment, les proches du disparu peuvent porter plainte pour abandon de famille mais cela abouti très rarement à des retrouvailles, et parfois même la justice les déboutent.



Ajouté le 23/09/2016 par Pascale - dossiers médiatisés


AVIS DE RECHERCHE




Originaire d’Étrépagny, Gwenaëlle Magniez, 13 ans, est en fugue depuis le dimanche 25 septembre .

 

Les parents de Gwenaëlle Magniez, treize ans, sont toujours sans nouvelles de leur fille. L’adolescente a été vue pour la dernière fois à Cergy-Pontoise (95), aux alentours d’1 h 45, dans la nuit de dimanche à lundi.
 

Gwenaëlle Magniez a été surprise, par ses parents, avec son petit ami âgé de 18 ans, dans sa chambre du domicile familial d’Étrépagny, dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24.
 

« Nous ne sommes pas très proches. Elle ne m’en avait jamais parlé », indique Anaïs, sa sœur.

« J’ai un peu discuté avec lui samedi matin. Il ne m’a pas paru louche. »

 

Le couple a quitté les lieux, deux heures plus tard, vers 11 h. « On s’est rapidement aperçu qu’elle avait volé la carte bancaire de ma mère », explique Anais. « Elle a vidé l’intégralité du compte, soit 450 €, en plusieurs fois mais à partir de la même banque d’Étrépagny. »
 

Ses parents se sont alors rendus à la gendarmerie de Gisors pour signaler sa disparition. Elle a alors été inscrite au fichier des personnes recherchées (FPR).
 

Les deux jeunes ont ensuite été retrouvés dimanche dans un hôtel d’Argenteuil. « Étant donné que ses parents n’avaient pas la possibilité de la récupérer le soir même, le procureur de Pontoise a décidé de la placer dans un foyer de Cergy-Pontoise », indique Éric Neveu, procureur adjoint du tribunal d’Évreux.
 

La jeune fille, scolarisée au collège Louis Anquetin d’Étrépagny, a alors échappé à la vigilance du personnel et s’est enfuie une nouvelle fois, dans la nuit. Lundi matin, elle a demandé à sa cousine de lui envoyer de l’argent et des vêtements.
 

« Elle m’a dit qu’elle était partie sans rien et qu’elle se trouvait en Belgique », indique Amandine. « L’après-midi, elle a parlé de l’Algérie à une copine par messenger. Depuis, plus rien... »
 

Accro aux réseaux sociaux.



 

Anaïs décrit sa sœur comme étant « accro aux réseaux sociaux et à la télévision. Elle avait noué beaucoup de relations virtuelles ». Son comportement n’étonne pas non plus son aînée.

« Elle a un caractère très fort. Elle est tout à fait capable de partir sur un coup de tête. »

 

Même s’il s’agit d’une fugue et que l’enlèvement ne semble pas avéré, sa famille reste inquiète. « On ne sait jamais. Il l’a peut-être endoctrinée ou droguée », confie sa sœur. « J’espère que les choses vont avancer plus rapidement maintenant », confie Jean Paul, son père.
 

« Le commissariat de Cergy Pontoise vient juste de recevoir (hier matin, N.D.L.R.) le dossier ouvert par celui d’Argenteuil. Mais apparemment une chose semble se confirmer : elle ne serait déjà plus en France. »
 

Éric Neveu se veut, quant à lui, rassurant. « Les quatre critères pour lancer une procédure d’enlèvement ne sont pas du tout remplis. Il y a également peu de risque pour que son intégrité physique soit mise en danger. Le FPR, accessible dans l’ensemble de l’espace Schengen, est notre seul outil dans le cas présent. » Du côté du commissariat de Cergy-Pontoise, on indique qu’une procédure de recherche d’un individu en fugue a été ouverte.
 

« Nous tentons actuellement de géolocaliser son portable. Les recherches pourront toutefois être élargies si nous obtenons la confirmation qu’elle a quitté le territoire national. »
 

Si vous avez la moindre information, veuillez contacter le 17 ou la gendarmerie la plus proche .

http://www.paris-normandie.fr/actualites/faits-divers/originaire-d-etrepagny-gwenaelle-magniez-13-ans-est-en-fugue-depuis-dimanche-HJ6964494#.V-zh0sknIdW



Ajouté le 29/09/2016 par Annie - disparition inquiètante Mineurs

 

 

 

 

 

 

URGENT APPPEL A TEMOINS

 

 

 

Jeannine atteinte de la maladie d’alzheimer a disparu

A Etampes (91)

Le 26 septembre 2016.

 

 

Ce seul message résume tout merci pour vos partages. 

 

 

Ma grand mère touchée par la maladie d'Alzheimer a disparu depuis hier soir. Si vous la voyez contactez moi. Secteur ETAMPES (91150) a priori elle portait un pantalon noir et un haut rose. Elle se prénomme Jeannine.Elle a les cheveux + clairs (blond) que sur ces photos mais les même lunettes de vue. Merci d'avance de votre aide.

 

 

 

Si vous avez des informations composez le 17 ou l’accompagner au commissariat le plus proche ou appeler l’association au 0632782925 (pascale Bathany)

 

 

Si vous diffusez cet avis, le seul lien et photos sont ceux de l’A.R.P.D, car le dossier et les photos nous ont été confiés  par la Famille. Merci d’avance à tous de le partager complet avec l’acronyme arpd et le texte crée pour cette publication.

 

 

 

 



Ajouté le 29/09/2016 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs

 

 

Retrouvé sain et sauf 

 

AVIS DE RECHERCHE .Messagerie de Bretagne FB

https://www.facebook.com/TREBAUL.Philippe/?fref=nf

 

Disparu depuis maintenant plus de 24h dans la ville de Pleslin (22)

La police, la famille, les amis sont mobilisés pour les recherches qui sont sans succès pour l'instant, et nous espérons que peut être les réseaux sociaux pourraient nous venir en aide...

D'avance merci pour votre soutien,

Cordialement.

 

 



Ajouté le 29/09/2016 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs
APPEL A TEMOINS - DISPARITION INQUIETANTE





Dans le cadre de la disparition inquiétante d'une jeune fille, la gendarmerie lance un appel à témoins.

Le lundi 26 septembre 2016 vers 22 heures 45, Chloé Â. quitte son domicile à Montardon (64121).

Depuis elle n'est pas réapparue.


Agée de 17 ans, elle est vêtue d'un jean bleu clair avec deux trous au niveau des genoux, d'un débardeur vert kaki, d'une écharpe à carreaux noirs et gris, de claquettes et d'une veste légère.

Elle mesure 1 m 70, cheveux blonds et longs, les yeux de couleur marron.

Toute personne en mesure d'apporter un renseignement ou une information concernant Chloé, est priée de prendre contact avec la gendarmerie de SERRES CASTET au 05.59.33.52.20.


https://www.facebook.com/690331027724291/photos/a.690342387723155.1073741828.690331027724291/1154162158007840/?type=3&theater

 


Ajouté le 28/09/2016 par Annie - disparition inquiètante Mineurs

1 2 3 4   Page suivante