L'ARPD est une association fondée et enregistrée en février 2003, elle intervient auprès des familles touchées par la disparition d'un proche, majeur ou mineur. Vous pouvez nous contacter :

au 06 32 78 29 25 ou au 06 75 76 81 47

Pour acceder aux avis de recherches cliquez sur:

Galerie photos

___________________________________________________________



Ajouté le 01/01/2014 par thierry - 0 réaction

La famille de Paul Dixon, disparu en 2009 à Perpignan, lance un appel à témoin

Toute une famille irlandaise est à Perpignan, en quête de vérité. Le 3 mai 2009, Paul Dixon disparaissait mystérieusement, peut-être témoin d'un meurtre, c'est la version privilégiée par la famille. La mère, la soeur et une fille de Paul Dixon veulent relancer l'enquête en lançant un appel à témoin.

  • Par Fabrice Dubault
  • Publié le 11/04/2014 | 12:55, mis à jour le 11/04/2014 | 14:44
Perpignan - la famille de Paul Dixon, disparu depuis le 3 mai 2009, lance un appel à témoin - 11 avril 2014. © F3 LR
© F3 LR Perpignan - la famille de Paul Dixon, disparu depuis le 3 mai 2009, lance un appel à témoin - 11 avril 2014
 

On peut lire sur les tee-shirt "manquant", "missing" en anglais ou plus exactement disparu.
La maman, la soeur et une fille de Paul Shine Dixon sont venues d'Irlande sur les lieux même où il a été vu pour la dernière fois, c'était le 3 mai 2009. Il avait 28 ans. Depuis, il n'a donné aucun signe de vie.

Si Paul Shine sortait des urgences ce jour là, c'est parce qu'il y avait été conduit par la police ferroviaire, choqué. Il disait avoir été témoin d'un fait troublant dans le train qui le menait de Paris à Barcelone.
Aucune enquête officielle n'a été ouverte à l'époque. Celle menée par le détective privé engagé par la famille n'aurait pas été concluante.

5 ans après, c'est un appel à témoin qui est lancé par la famille.

Ce vendredi, la famille sera reçue par le procureur de la République et la police, à la demande de l'ambassade d'Irlande.


Ajouté le 11/04/2014 par Pascale - 0 réaction - disparition inquiétante Majeurs

Pédophilie : le pape François «demande pardon» aux enfants victimes

 

Publié le 11.04.2014, 14h55 | Mise à jour : 16h22

 

Le pape François a demandé personnellement pardon vendredi pour les «dommages causés» par des prêtres pédophiles.

Le pape François a demandé personnellement pardon vendredi pour les «dommages causés» par des prêtres pédophiles. | AFP/Alberto Pizzoli

 

 

Pour la première fois depuis son élection, le pape François a «demandé pardon» vendredi au nom de l'Eglise pour les «dommages causés» à des enfants par des prêtres pédophiles. Le Saint-Père a affirmé que les sanctions devaient être «très sévères».
 

«Je me sens dans l'obligation d'assumer tout le mal commis par quelques prêtres, un petit nombre évidemment au regard de tous les prêtres, et de demander personnellement pardon pour les dommages qu'ils ont causés en abusant sexuellement d'enfants», a déclaré Jorge Bergoglio en recevant le Bureau catholique international de l'enfance (BICE) au Vatican.

«L'Eglise est consciente de ce mal»

Si son prédécesseur avait déjà personnellement demandé pardon en juin 2010, François ne l'avait pas encore fait, même s'il avait dénoncé ces crimes. «L'Eglise est consciente de ce mal. Nous ne voulons pas reculer en ce qui concerne le traitement de ce problème et les sanctions qui doivent être prévues». Au contraire, a ajouté le souverain pontife, «je crois qu'elles doivent être très sévères ! On ne joue pas avec les enfants!»

Le Vatican avait été critiqué en janvier par le comité des droits de l'enfant de l'ONU pour, selon ses experts, continuer à protéger certains prêtres coupables et ne pas obliger les épiscopats à dénoncer systématiquement les crimes. Des organisations d'anciennes victimes avaient également déploré l'inaction du pape dans ce domaine.

François s'est fermement engagé dans la lutte contre la pédophilie, dans la lignée de son prédécesseur, mettant récemment en place une commission pour la protection de l'enfance, dont fait partie une ancienne victime irlandaise, Mary Collins, ainsi que la pédopsychiatre française Catherine Bonnet.

Refus de toute «expérimentation éducative avec les enfants»

Dans le contexte particulièrement tendu en Europe sur de nouvelles normes pour l' sexuelle des enfants - avec les débats autour de la «théorie du genre», François s'est élevé dans le même discours contre la pédagogie expérimentale et la «manipulation éducative» actuelle. Il n'a mentionné spécifiquement aucune pédogagie. «Je voudrais manifester mon refus de tout type d'expérimentation éducative avec les enfants», a souligné le pape devant les membres du BICE. «On ne peut faire des expériences avec les enfants et les jeunes», a-t-il insisté.

François a ainsi demandé à toutes les personnes impliquées dans la défense des droits de l'homme de préserver une bonne «formation anthropologique» face aux «défis» que représentent pour la famille et l'éducation «les cultures contemporaines et la mentalité diffusées par les médias».

LeParisien.fr



Ajouté le 10/04/2014 par Pascale - 0 réaction - pédophilie

Pau : une cyberpatrouille démasque un pédophile récidiviste

Par Bruno Robaly

Publié le 08/04/2014 à 06h00
Mise à jour : 08/04/2014 à 07h57Les gendarmes surveillent avec attention ce qui se passe sur internet, afin de mieux cibler les contrevenants aux lois.

Les gendarmes surveillent avec attention ce qui se passe sur internet, afin de mieux cibler les contrevenants aux lois. (Ascencion Torrent)

Quelle réponse judiciaire apporter face à un collectionneur d'images pédopornographiques récidiviste ? La question était posée hier après-midi devant le tribunal correctionnel de Pau, où comparaissait Emmanuel, un Palois de 39 ans déjà condamné à deux reprises en 2004 et en 2008 pour la détention et la diffusion d'images d'enfants à caractère pornographique.

 

Sa dernière peine avait été assortie d'un suivi médical. Bien inséré professionnellement mais socialement très isolé, Emmanuel a pourtant "replongé". Il s'est alors fait prendre par une "cyberpatrouille" : les gendarmes d'un service de surveillance des échanges de fichiers sur internet ont, le 30 janvier 2012, été intrigués par cette "adresse IP" (qui identifie chaque connexion) d'où étaient proposées des dizaines de milliers d'images pédopornographiques.

 

Plus de 55 000 fichiers sur ses disques durs

 

Car c'est le principe du "peer to peer" et du logiciel "eMule" : pour télécharger des fichiers, il faut mettre ceux qui sont sur son propre disque dur à la disposition des internautes… La consultation implique donc la détention et la diffusion. C'est ainsi que l'ordinateur d'Emmanuel a été localisé.

 

La perquisition a permis de découvrir sur ses disques durs plus de 55 000 fichiers - photos ou vidéos - dont certains avaient pourtant été effacés. "Des images pornographiques très dures à regarder", souligne le procureur Orlane Yaouanq à l'audience.

 

Le pédophile s'intéresse essentiellement aux enfants de dix à quatorze ans. Emmanuel n'a cependant "pas envie de passer à l'acte" : l'expert psychiatre pointe surtout les "pulsions voyeuristes" de l'homme, qui souffre d'une grande solitude. "Une forme de misère", précise son avocate, Me Florence Hégoburu.

 

De la prison et une obligation de se soigner

 

Depuis cette troisième interpellation, Emmanuel a entrepris une nouvelle psychothérapie, à laquelle s'ajoute un suivi médical avec des injections régulières pour refréner ses pulsions. "Je commence à peine à prendre conscience…", lâche-t-il d'une voix sourde quand le juge lui demande une explication.

 

"Il faut aider ce garçon pour qu'il puisse continuer cette prise de conscience", plaide Me Hégoburu. Ce lundi, Emmanuel a écopé de dix-huit mois de prison dont douze mois avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve de cinq ans l'obligeant à se soigner.

 

Il sera désormais inscrit au fichier national des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS). Les scellés (ordinateurs et disques durs) ont été confisqués.



Ajouté le 09/04/2014 par Pascale - 0 réaction

 

Jean-Michel CARTIGNY a disparu le 7 Août 2013 à Cluses (74)  

 

 

 

Jean-Michel était accompagné de ses deux chiens : ROXANE ET BOUBOU, qui sont comme vous pouvez le constater assez imposants.

 

Ma demande est celle-ci :

Si vous avez aperçu ou eu un contact ou si vous le fréquentez régulièrement , veuillez apporter votre témoignage au 06/32/78/29/25 (discrétion assurée).

 

Je m’adresse aussi aux :

  • Associations de Protection Animal / Vétérinaires.

  • Aux Routiers, ou Personnes faisant beaucoup de route.

  • Aux Personnes qui auraient pu transporter Jean-Michel.

  • Aux Travailleurs sociaux.

  • Aux Pompiers et aux Soignants.

Cette publication est un dernier recours pour sa famille qui ne sait plus que faire.

 


Svp partager  au maximum ce lien dans tous vos domaines professionnels, associatifs ou amicaux. MERCI.



Ajouté le 26/03/2014 par Pascale - 0 réaction - disparition inquiétante Majeurs

1 2   Page suivante