L'ARPD est une association fondée et enregistrée en février 2003, elle intervient auprès des familles touchées par la disparition d'un proche, majeur ou mineur. Vous pouvez nous contacter :

au 06 75 76 81 47 ou au 06 32 78 29 25


Pour acceder aux avis de recherches cliquez sur:


Galerie photos

 


 

Abrogation de la RIF, les conséquences pour les familles

 

Mesdames, Messieurs,

 

A l’occasion du triste anniversaire de l'abrogation de la "recherche dans l’intérêt des familles » (RIF) le 26 avril 2013 par le Ministre de l’Intérieur au moment des faits et aujourd’hui Premier Ministre Manuel WALS, nous, association d'aide aux victimes, recevons de plus en plus de familles qui se voient dire par certains commissariats ou Brigades de contacter des détectives privés ou de mettre leur publication de disparition sur les réseaux sociaux tout en refusant même parfois de prendre en compte la déclaration de disparition de leur proche .

 

Ces familles qui prennent contact avec nous sont complètement désemparées et cela est purement et simplement inacceptable de la par des autorités compétentes. Tout en sachant que les cas que nous gérons sont de plus en plus complexes même pour des mineurs qui sortent en toute impunité de notre territoire sous l’emprise de manipulateurs en tous genres.

 

 De plus diriger les familles vers des agences privées est intolérable car bien souvent, elles n'ont pas les moyens de payer de telles sommes, et les résultats très souvent négatifs en ce qui concerne les disparitions récentes. Je demande donc aux familles qui ont rencontré ce problème de bien vouloir nous envoyer leur témoignage par courrier ou par mail afin que nous puissions étoffer notre dossier.

 

Thierry.coulon@paris.fr                 ou                   pascbath@wanadoo.fr           

 

 Nous ne pouvons pas accepter cette situation plus longtemps, car notre association en l’occurrence en première ligne fait les frais de ces décisions ministérielles, qui ont été prise à la va vite sans tenir compte du désarroi des familles touchées par la disparition d'un proche. Même si la RIF ne concerne que quelques centaines de personnes par an, (3000) en 2012chiffres que nous ont été officiellement communiqués, il n'en reste pas moins que cela touche la quasi totalité des disparitions puisque chaque personne que nous avons rencontré nous relate les mêmes faits

 

 Il existe une charte d’accueil dans les commissariats et les brigades qui n’est pas toujours respectée, mais cela peut dépendre aussi de la personne que vous avez devant vous, comme dans toute administration. ( consultez l’art 6 de la charte d’accueil) . Aujourd’hui nous avons la nette impression qu’un amalgame a été fait entre l’abrogation de la RIF et la déclaration de disparition. Merci beaucoup pour l’attention prise à la lecture de ce message .

 

La Direction Nationale de l'ARPD

 

 

            Thierry Coulon                                                    Pascale Bathany

  Président-fondateur national                                    Vice-présidente Nationale

                    


 

 

 

 

Seine-et-Marne: un joggeur de 19 ans disparaît mystérieusement

MIS À JOUR : 16-09-2014 07:59

-CRÉÉ : 15-09-2014 10:38

 

FAITS DIVERS – Charles-Joseph Coupé, 19 ans, est porté disparu depuis jeudi dernier. Domicilié à Saint-Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne), le jeune homme avait dit à sa mère qu'il partait faire un jogging.

 

 

 

 

Vendredi matin, à 8 h 01, la mère de famille alerte la police municipale. Très vite, l'enquête est confiée

à la sûreté urbaine de Melun qui juge la disparition inquiétante. Dans la journée du 12 septembre,

un hélicoptère de la Sécurité civile équipé d'une caméra thermique et des chiens sont mobilisés.

Même les battues de ce week-end avec les habitants dans la forêt de Nainville-les-Roches et

les recherches de la brigade fluviale dans la Seine n'ont rien donné…

 

Pas un "fugueur"

Le jeune homme qui vivait en Angleterre avec sa mère était venu s'installer il y a une quinzaine de jours

à Saint-Fargeau. "Sa mère nous a dit que c'est lui qui avait voulu venir ici avec elle. Il devait d'ailleurs

commencer ce lundi 15 septembre à Paris des cours d'informatique auxquels il s'était lui-même inscrit"

indiquait-on ce lundi au cabinet du maire UMP de la ville, Jérôme Guyard. Sa mère aurait également affirmé

qu'il n'y avait " pas de conflit entre eux" et "que le jeune n'avait pas de problème avec son nouveau conjoint

venu lui aussi d'Angleterre". Le père de Charles-Joseph, domicilié en France, serait lui aussi arrivé

en Seine-et-Marne pour rechercher son fils."La thèse de la fugue n'est pas privilégiée, précisait

une source proche du dossier. Ce n'est visiblement pas le genre du jeune homme. Il est sérieux, rationnel".

Contactée par téléphone ce lundi matin, la mère de Charles-Joseph a remercié la " grande solidarité "

de la ville et de ses habitants malgré les recherches vaines. "Tout ce que je veux, c'est qu'on le retrouve…

Je ne veux pas en dire plus car je ne veux pas nuire à l'enquête " a déclaré l'institutrice la voix tremblante.

 

Pages Facebook

La disparition de Charles-Joseph a depuis été relayée sur Internet. Dimanche, sur l

page Facebook "Ma ville a du cœur", on pouvait lire :"Les recherches de ce jour et la mobilisation

totale de chacun n'ont pas permis, pour le moment, de retrouver Charles-Joseph. Nous restons tous mobilisés

et faisons notre maximum pour relayer l'information autour de nous. Chaque action est précieuse,

n'hésitez pas à montrer la photo de Charles-Joseph

et à relayer le message auprès de vos proches. Tout notre soutien va à sa famille dans cette difficile épreuve".

Un signalement était également donné sur le site "Assistance et recherche de personnes disparues". 

Une cellule de crise a été ouverte en mairie.

 

- Charles-Joseph Coupé est brun et a les cheveux court.
- Il mesure 1,78 mètres environ et est de corpulence mince.
- Il a disparu le 11 septembre 2014 entre 13h30 et 15 heures sur la commune de Saint-Fargeau-Ponthierry en Seine-et-Marne.

Toute personne pouvant apporter des éléments à l'enquête peut contacter l'état-major de la Direction départementale de la sécurité publique de Melun au 01 60 56 67 77.



Ajouté le 16/09/2014 par Pascale

La police a annoncé jeudi avoir lancé un appel à témoins pour retrouver un adolescent de 14 ans, souffrant d'"une légère déficience mentale", qui a disparu le 27 août de son domicile à Roubaix (Nord).

 

Jean-François

Jean François

 

L'adolescent, prénommé Jean-François, avait déjà disparu fin mars après être "parti sur un coup de tête" et avait été retrouvé environ une semaine plus tard en train d'errer en région parisienne, grâce à un appel à témoins diffusé localement, selon le commissariat de Roubaix.

Il a de nouveau disparu il y a quinze jours de son domicile familial, à Roubaix, "sans raison apparente", et n'a emporté avec lui "ni sac, ni portable, ni document d'identité", a-t-on ajouté de même source.

Le jeune homme "souffre d'une légère déficience mentale, parle très bien le français et est très influençable", a indiqué la police. "Il est de type africain, mesure 1,83 m, a les cheveux courts noirs, yeux marron, de corpulence mince. Il était vêtu d'un jean bleu, d'un polo blanc et de baskets blanche de marque Nike", est-il précisé dans l'appel à témoins.

Toute personne susceptible d'apporter des informations peut contacter la Brigade de protection de la famille de Roubaix au 03.20.81.35.36 ou, en dehors des heures de bureau, le service de quart au 03.20.81.34.92.
 
 


Ajouté le 13/09/2014 par Thierry

La petite Jana, 3 ans, ici photographiée en octobre, est recherchée activement.

 

Ilham Tarbouni est toujours sans nouvelles de sa fille, Jana, 3 ans, emmenée par son père, un musulman fondamentaliste, probablement dans un pays étranger. 

Les heures et les jours passent sans un signe, un coup de téléphone. Assise près de la table du salon, dans la maison de sa sœur, Ilham Tarbouni se fige entre chaque phrase. Les mots sont comme des coups de poignard pour cette mère de famille de 34 ans, résidant à Malesherbes, qui n’a pas vu sa fille depuis le 16 août. Ce jour-là, sa petite Jana est conduite auprès de son père, Eddy Leroux, pour deux semaines de vacances.

RELIRE. Une Loirétaine de 3 ans emmenée par son père en terre jihadiste ?

Le rendez-vous est donné à Nevers. « Jana avait son passeport. Je ne voulais pas le donner à Eddy, mais mon avocat m’a dit que j’étais obligée de le faire. » Il veut l’emmener au Maroc, à Casablanca, dans la famille de sa nouvelle compagne, Jihane Makhzoumi. L’idée ne plaît pas trop à Ilham, mais sa sœur, Fatima, sera en vacances là-bas au même moment, alors… Ilham s’inquiète quand même.

Victime de violences ?

Car Eddy, 34 ans, musulman converti, s’est radicalisé. Il se fait appeler Zayed et a menacé plusieurs fois de partir avec sa fille dans un pays musulman, l’Arabie Saoudite ou l’Irak. Pour faire l’Hijra.

Ilham a sa fille au téléphone le lendemain, puis les quatre jours suivants. « Ils étaient alors à Villefontaine (en Isère, où résident Eddy et sa compagne, NDLR) et devaient partir le jeudi 21 août. La petite pleurait, elle m’a dit “Papa a fait mal à Jana avec ses pieds”. J’ai appelé les services de maltraitance, mais ils ne pouvaient rien faire. Puis, je n’ai plus eu de nouvelles… »

 

C’est Michel Leroux, le père d’Eddy, resté très proche de son ex-belle fille, qui reprend contact avec son fils. Il l’appelle, tombe sur son répondeur, mais reçoit un SMS le jeudi soir. « On était chez des amis, il n’y avait pas de réseau, la petite dort », écrit Eddy. Depuis, plus rien. « Jana devait rentrer le 29, la veille de son anniversaire, dans la matinée. À 17 heures, j’ai appelé la gendarmerie, qui m’a dit que selon le jugement, il pouvait la garder jusqu’au dimanche. J’ai porté plainte pour non-présentation d’enfant dès lundi matin. Aujourd’hui, je veux juste avoir de ses nouvelles… »

« La conversion n’est pas le problème. Il n’a pas compris ce qu’était l’islam »

Dans l’Isère, à Villefontaine, les gendarmes se rendent au domicile d’Eddy et Jihane. Devant la porte, attend Abdel Hakim Labriak, l’ex-mari de cette dernière, venu chercher leurs enfants. À l’intérieur de l’appartement, les meubles ont disparu. La voiture, vendue.

Ilham marque une pause dans son récit, retient un sanglot, puis continue. Elle parle de la vie commune avec Eddy, débutée en 2008. Un an et demi sans nuages, avant qu’il lui demande, du jour au lendemain, de porter le voile, puis le voile intégral. Elle refuse. Il devient violent, elle porte plainte. Puis Jana vient au monde. Il refuse de la changer, de la doucher, « parce que c’est une fille », au nom d’idées « qui n’ont rien à voir avec la religion que l’on pratique », explique Ilham. « Il ne faut surtout pas mélanger l’islam et ses idées à lui, ça n’a rien à avoir?! » ajoute sa sœur. Michel Leroux acquiesce, dépité. « La conversion n’est pas le problème. Il n’a simplement pas compris ce qu’était l’islam… »

Finalement, le couple se sépare en 2011. Jana et Ilham rejoignent Fatima dans le Loiret. Eddy Leroux prend la petite de temps à autre, mais ne paie pas la pension alimentaire. Il se manifeste pour la dernière fois il y a quelques mois, pour parler des vacances d’été. On connaît la suite.

Florent Buisson

 

Une Loirétaine de 3 ans emmenée par son père en terre jihadiste ?

La petite Jana, 3 ans, qui vit avec sa mère à Malesherbes, a disparu depuis la fin août. Son père, un musulman fondamentaliste, est soupçonné de l’avoir emmenée hors de France.

 

                                  La petite Jana, 3 ans, qui vit avec sa mère à Malesherbes, a disparu depuis la fin août. Son père, un musulman fondamentaliste, est soupçonné de l’avoir emmenée hors de France.

 

La petite Jana, 3 ans, qui vit avec sa mère à Malesherbes, a disparu depuis la fin août. Son père, un musulman fondamentaliste, est soupçonné de l’avoir emmenée hors de France. 
Ilham Tarbouni est sans nouvelles de sa petite fille de 3 ans, Jana, depuis la mi-août. Son ex-mari, Eddy Leroux, devait lui ramener l’enfant le 29 août avant sa première rentrée scolaire, dans la commune de Malesherbes (Pithiverais). Musulman converti, Eddy Leroux se fait appeler Zayed et habitait jusqu’à la fin du mois dernier dans la commune de Villefontaine (Isère), avec sa nouvelle compagne, Jihane Makhzoumi. Le couple a disparu avec quatre enfants, dont un nourrisson âgé de 1 mois et demi et la petite Jana. 
 
« Eddy s’était radicalisé depuis plusieurs années, explique Fatima, la sœur d’Ilham. Il voulait quitter la France, ce pays de ‘’mécréants’’, comme il disait. Il était aussi furieux qu’elle ait inscrit Jana à l’école. Car il redoutait qu’elle apprenne la “théorie du genre’’ ». 
 
Si Eddy Leroux menaçait depuis quelque temps de partir dans un pays musulman, l’Arabie Saoudite ou l’Irak, Jihane Makhzoumi est soupçonnée par son ex-mari de faire partie d’un réseau jihadiste. Sur sa page Facebook, la jeune femme ne fait pas mystère de ses orientations. Son dernier post remonte au 16 août et concerne la construction d’un « orphelinat pour les enfants réfugiés de Syrie dans la région de Graziantep en Turquie ». Une initiative lancée par l’association, Hayat, qui prône sur son site Internet « l’instauration du khalifat en terre bénie » 
 
La famille serait-elle actuellement en Turquie??
 
Ilham Tarbouni et sa sœur Fatima sont suspendues au téléphone depuis plusieurs jours, dans l’attente de nouvelles des enquêteurs. L’ex-épouse d’Eddy Leroux a porté plainte et UNE ENQUÊTE a été ouverte pour soustraction de mineur par ascendant, vers un pays étranger. 
 
Des investigations ont aussi été menées à Villefontaine, où l’appartement du couple disparu a notamment été perquisitionné. L’ex-mari de Jihane Makhzoumi, Abdel Hakim Labriak, qui n’avait pas la garde de leurs deux enfants, est lui sans nouvelles de ses deux filles depuis trois semaines. « Depuis quelques mois, je ne pouvais plus parler à mon ex-femme, raconte-t-il, elle m’avait dit de passer systématiquement par son nouveau compagnon. »
 
Désespéré, il en appelle aujourd’hui à « la communauté internationale » et à toute personne susceptible de l’aider à retrouver ses enfants. En Isère, UNE ENQUÊTE pour disparition inquiétante a été ouverte.
 
Florent Buisson et Aurore Malval

 

 

 

 

 

 



Ajouté le 09/09/2014 par Thierry - disparition inquiètante Mineurs

RECHERCHE ALICE GROSS DÉSESPÉRÉMENT

UNE ADO ANGLAISE DISPARUE : DEUX ARRESTATIONS

 

 

 

 

Alice Gross, une jeune adolescente de 14 ans, qui souffre d’anorexie, a disparu depuis onze jours dans la région de Londres. Deux hommes ont été arrêtés,

mais toutes les pistes demeurent ouvertes pour le moment.

 

Cela fait près de deux semaines que l’adolescente a disparu. Alice Gross, une Anglaise de 14 ans, a été vue pour la dernière fois le 28 août,

le long du canal Grand Union, dans l'ouest de Londres. Elle avait quitté son domicile de Hanwell, disant à ses parents qu’elle allait voir des amis,

et serait de retour dans la soirée ; mais elle n’est jamais revenue. La jeune fille a été vue sur des caméras de vidéosurveillance,

 

le jour de sa disparition, marchant seule en direction de Kew, puis en sens inverse une heure et demis plus tard. Puis nulle-part.

Sa mère a fait savoir qu’elle avait récemment été diagnostiquée anorexique, ce qui inquiète un peu plus les enquêteurs.

 

Samedi, un jeune de 25 ans a  été arrêté à Ealing, sur des soupsçons de meurtre. Il serait toujours en garde à vue.

La police a jusqu’à ce mardi pour l’interroger. Le lendemain, un homme de 55 ans –selon «The Guradian» ; 51 selon la BBC- a à son tour

été interpellé, à Hanwell. Les deux suspects n’auraient a priori aucun lien selon la chaîne britannique.

Dans le même temps,

des plongeurs spécialisés ont ratissé le canal Grand Union, et des chiens renifleurs ont été déployés pour tenter de retrouver la trace de la jeune fille.

                                   

 

La Metropolitan Police a insisté sur le fait qu’il s’agissait toujours d’une enquête pour disparition, et que toutes les pistes restaient ouvertes.

 

Un porte-parole a confirmé que les agents avaient élargi la zone de recherche, tout en refusant de préciser où exactement.

 

Sa mère, Rosalind Hodgkiss s’est dite «désespérée» de ne pas savoir si sa fille est «en sécurité» ou non. «Nous voulons vraiment qu'elle sache que nous souhaitons qu’elle rentre à la maison, et (…) que nous l’aimons.»

 

Alice est décrite comme mesurant 1,57 m, mince, avec les cheveux châtain clair mi-longs. Le jour de sa disparition, elle portait

un jean bleu foncé, un cardigan vert foncé avec de la dentelle, un T-shirt gris foncé, et des Vans. Elle porte des lunettes parfois.

 

Quiconque croit avoir des informations qui pourraient faire avancer l’enquête peut contacter la police au 020 8246 1018

ou la cellule des personnes disparues au 116000.

 

 

Publié et mise à jour le 09 septembre 2014  M.D. Actu Paris Match



Ajouté le 09/09/2014 par Pascale - disparition inquiètante Mineurs

Le 1er novembre 1984, une tragédie est survenue dans la famille de Christiane Sirois. Son fils, Sébastien Métivier, alors âgé de huit ans, est porté disparu. Trente ans après le drame, la mère garde toujours espoir de découvrir le fin mot de l’histoire.
 

 « J’ignore s’il est encore vivant. On sait que plus le temps passe, moins il y a de chance [de le retrouver en vie]. Répondre à savoir s’il est mort me fait peur. Je suis incapable de mettre ces mots dans ma bouche », avoue l’Hochelagaise, la larme à l’œil.

Pendant ces trois décennies d’attente, la mère de famille est passée par plusieurs étapes pour tenter de survivre. Elle a suivi quelques thérapies et a déménagé en région pendant une dizaine d’années pour prendre une pause.

Ce qui lui a permis de garder la tête hors de l’eau, ce sont ses souvenirs.

« Des fois, je reste enfermée deux-trois jours et je ne veux pas voir personne. Mais, je n’ai pas le choix. Je dois survivre. Pour y arriver, je pense aux bons moments que j’ai passés avec Sébastien. Je me rappelle son sourire. C’est ma richesse et personne ne pourra me l’enlever », soutient-elle.

Cette attente prolongée a un grand impact dans la vie de la famille. Mme Sirois ainsi que sa fille en portent encore des séquelles. Mélanie Métivier souffre, entre autres, du trouble de la personnalité limite et Mme Sirois de l’apnée du sommeil.

« J’ai voulu me faire opérer pour mon apnée du sommeil, mais mon médecin m’a dit que c’était inutile, car c’est un trauma. Ce n’est pas seulement Sébastien qui a disparu le 1er novembre, mais nous aussi.

« Ce n’est pas mieux qu’au début. On dit souvent que le temps arrange les choses, mais ce n’est pas vrai. Tu apprends seulement à mieux gérer ta colère, tes souffrances et ta détresse. »

Quête de vérité

Afin de calmer sa peine, Mme Sirois tente de trouver la vérité sur ce qui est arrivé à Sébastien. Elle appose des affiches sur les voitures et des poteaux partout au Québec afin de trouver quelqu’un qui aurait de l’information sur le dossier.

« Je vais toujours être angoissée tant que je ne saurai pas. J’ai perdu mon équilibre lorsqu’il a disparu. Je ne pourrai pas retrouver de stabilité avant de connaître la vérité. »

Afin de relancer les recherches de Sébastien Métivier, qui aurait 38 ans aujourd’hui, l’organisme Enfant-Retour Québec a fait un portrait-robot de ce que le jeune homme ressemblerait de nos jours.

« Nous avons toujours espoir de le retrouver. La famille a besoin de réponses. Nous avons déjà vu des dossiers se résoudre des décennies après la disparition. Nous voulons stimuler l’enquête et le croquis aide beaucoup. D’ailleurs, grâce à un partenariat avec Rogers, plus d’un demi-million de Canadiens verront la photo de Sébastien », indique la directrice générale d’Enfant-Retour Québec, Pina Arcamone.

Les personnes ayant de l’information au sujet de la disparition de Sébastien Métivier peuvent composer le 514 236-9127.

La disparition

Dans la journée du 1er novembre 1984, trois garçons âgés de quatre, huit et 12 ans sont enlevés. Deux d’entre eux sont retrouvés morts et le troisième est toujours disparu.

Le premier rapt d’un enfant, Maurice Viens, se produit vers 14 h, sur la Rue Dorion, dans le quartier Centre-Sud, proche de la sortie du pont Jacques-Cartier. Il est retrouvé quelques jours plus tard, dans une maison abandonnée, à Saint-Antoine-sur-Richelieu. Il a été sodomisé et violemment battu.

Le même jour, vers 19 h, deux autres enfants sont enlevés, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, proche du tunnel Louis-H-Lafontaine. Le corps de Wilton Lubin est retrouvé sans vie dans le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de l’île Charron. Il a été battu, étranglé et poignardé.

Sébastien Métivier a disparu en même temps que Wilton, mais à ce jour, il n’a pas été retrouvé et l’enquête n’a pas donné de résultats. « Ça ne s’était jamais vu auparavant. Trois garçons qui disparaissent en seulement quelques heures. Les larmes ne suffisent pas, il fallait un organisme qui vient en aide aux familles. Il n’y avait pas de ressource à l’époque. C’est pourquoi l’organisme a été fondé », explique Pina Arcamone, directrice générale d’Enfant retour.

Audrey Gauthier



Ajouté le 06/09/2014 par Thierry - disparition inquiètante Mineurs

1 2 3 4   Page suivante